Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
Du côté de Clio

Madame Bovary

28 Juillet 2015, 19:29pm

Madame Bovary

Un roman qui vous transporte

Madame Bovary, de Gustave Flaubert (1856)

Qui ne connaît pas aujourd'hui Madame Bovary ? Cette jeune femme, naît Emma Rouault, élevée par son père suite au décès de sa mère, qui passe sa jeunesse dans la lecture d'oeuvres romantiques, qu'épouse Charles Bovary. Mais cette vie d'épouse est bien loin de celle qu'elle a rêvé, trop monotone, trop ennuyeuse. Rodolphe la courtise et devient son premier amant ; il l'abandonne, elle tombe dans une profonde maladie. Léon est son second amant ; mais Emma est criblée de dettes.

Madame Bovary, le roman qui a fait connaître Flaubert, cette histoire de jeune femme bercée par les romans avec de valeureux hommes et de belles jeunes femmes qui vivent heureuses à leurs côtés ; Emma est belle, mais pas heureuse. C'est un roman des plus classiques, mais totalement d'actualité. Le sujet est a-temporel ; les images ont remplacé les lectures, les tablettes de chocolat ont remplacé les chevaliers charmants. Quel-le avide lecteur-trice n'a jamais éprouvé le "bovarysme", ce syndrome qui consiste à idéaliser une vie comme dans les romans ? Impossible de ne pas s'identifier à l'héroïne, de ne pas s'attendrir de son sort, la détester, et crier d'épouvante. Madame Bovary c'est tout ça, un condensé d'émotions. Le roman est divisé en trois parties de plusieurs chapitres : une structure très classique. La lecture se fait aisément, elle est fluide et très travaillée (Flaubert suait pour écrire, beaucoup lui ont d'ailleurs souvent reproché d'être un mauvais auteur). Les personnages prennent la parole tour à tour à travers le discours indirect libre, ce qui nous permet de percevoir leurs sentiments contradictoires. Quelques passages sont remarquablement jouissifs : comme celui où Rodolphe écrit la lettre de rupture à Emma, lui annonçant qu'il ne pourra pas s'enfuir avec elle le lendemain, sous un prétexte des plus mauvais. Alors, Flaubert intercale entre les différents passages de la lettre les impressions de Rodolphe, qui méprise totalement Emma. Et l'auteur passe maître dans la description psychologique, dans les petits détails : oui, jouissif !

C'est alors un roman qu'il faut déguster lentement pour l'apprécier pleinement, peu à peu. Les personnages prennent vie à nos côtés : Emma, bien sûr, mais aussi Charles le mari médiocre et tellement cocu qu'il en devient pathétique, les amants Rodolphe et Léon, l'un comme l'autre aussi lâches et utilisant Emma pour sa beauté, ou encore Homais, le pharmacien ridicule. La fin (que je ne vous dévoilerai pas, mais que vous connaissez sans doute) est épouvantable, d'un réalisme cinglant (bien que le débat sur le réalisme chez Flaubert divise beaucoup) durant des pages et des pages et des pages. Emma restera une pauvre fille qui n'aura rien compris à la vie...

Un roman classique qui a souvent été décrit comme ennuyeux, mais qui en fait représente une véritable prouesse !

Extrait (difficile de choisir...) :

"- Quel misérable ! quel goujat ! ... quelle infamie ! se disait-elle, en fuyant d'un pied nerveux sous les trembles de la route. Le désappointement de l'insuccès renforçait l'indignation de sa pudeur outragée ; il lui semblait que la Providence s'acharnait à la poursuivre, et, s'en rehaussant d'orgueil, jamais elle n'avait eu autant d'estime pour elle-même ni tant de mépris pour les autres. Quelque chose de belliqueux la transportait. Elle aurait voulu battre les hommes, leur cracher au visage, les broyer tous ; elle continuait à marcher rapidement devant elle, pâle, frémissante, enragée, furetant d'un oeil en pleurs l'horizon vide, et comme se délectant de la haine qui l'étouffait."

Edition Le livre de poche, 1972, p. 358.

Si vous souhaitez une fiche de lecture complète chapitre par chapitre, n'hésitez pas à me contacter ou me laisser un commentaire ;)

Et pour ceux qui sont restés sceptiques, personne d'autre que Jean Rochefort ne peut mieux raconter "Madame Bovary" !!

Commenter cet article