Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
Du côté de Clio

La Chambre bleue

13 Juin 2014, 07:05am

La Chambre bleue

« La vie est différente quand on la vit et quand on l’épluche après-coup. »

La Chambre bleue, de Mathieu Amalric (2014)

Avec Mathieu Amalric, Léa Drucker, Stéphanie Cléau, Serge Bozon...

D'après le roman de Georges Simenon
Présenté dans la catégorie "Un certain regard", Cannes 2014

Ce film est mystérieux. Mystérieux, parce qu'il est construit comme un compte à rebours ; les premières scènes alternent avec les ébats de deux amants dans une chambre bleue (eh oui !), et l'interrogatoire de ce même homme dans un bureau de gendarmerie. Que lui est-il arrivé ? "Racontez-moi tout depuis le début". Il est bien difficile de mettre des mots sur une passion sulfureuse. L'homme, Julien, se nie à parler devant la caméra, pourtant le film est son histoire. Il ne se défend pas, jamais il ne dira "je n'ai rien fait, ce n'est pas moi". Sa femme, incarnée par Léa Drucker, ne dit rien non plus, jamais ; elle n'est plus regardée, plus désirée, mais elle ne dit rien. La femme absente... Julien vend des camions agricoles, en bon paysan qui a réussi dans cette campagne, a une femme, une fille, une maison glauque et "moderne", et une maîtresse. Je ne vous en dis pas plus, je ne voudrais pas vous révéler ce qui fait le mystère du film.

Le film est court (1h16) pourtant il m'a semblé durer bien plus, avec ses nombreuses longueurs. La caméra est audacieuse ; le film est tourné en 1,33 pour resserrer l'image sur les personnages, que sur eux. Sur ce point, c'est très réussi, on parviendrait presque à entendre les pensées de Julien qu'il veut taire ; les focus sur les petits détails (une photo sur le bureau du juge, qui disparaît le lendemain) aident aussi. Les images sont très belles ; petit rappel à L'Origine du monde, et à d'autres tableaux, cette abeille sur le ventre de la maîtresse retrouvée sur la tapisserie dans un endroit clé du film un peu plus tard est sublime aussi.

Un film beau et réussi, mais qui m'a quand même un peu ennuyé.

Commenter cet article