Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
Du côté de Clio

Violette

10 Juin 2014, 08:08am

Violette

"Pensez à l'écriture; c'est elle qui va vous donner ce que la société vous a toujours refusé."

Violette, de Martin Provost (2013)

Avec Emmanuelle Devos, Sandrine Kiberlain...

La vie de Violette Leduc racontée du début de l'écriture de son premier livre L'Asphyxie, jusqu'au succès de La Bâtarde, préfacé par Simone de Beauvoir, de 1942 à 1964. Je ne savais pas trop à quoi m'attendre de ce récit de vie de cette écrivaine exceptionnelle. Je me suis enfin décidée à le regarder suite à la lecture de Thérèse et Isabelle (voir mon article ici).

Franchement, je n'ai pas été déçue ! Martin Provost est parvenu à montrer la vie difficile de celle qui ne s'aimait pas, qui a découvert Simone de Beauvoir par hasard, et qui lui a donné son manuscrit (après avoir déposé des fleurs sur son paillasson), qui était reconnue des plus grands écrivains du XXe siècle, et aimée aussi, quand même, mais qui n'avait pas l'amour du public, qui se sentait malgré tout, bâtarde et mal aimée. Ce qui m'a le plus marqué dans ce film, c'est la personnalité de Violette : attachante, maladroite, entêtée, et tellement seule. Dès son arrivée à Paris, elle vit dans un petit taudis qu'elle défend bec et ongles, de deux pièces, miteux, avec la salle d'eau dans le couloir. Mais elle y reste, bien qu'elle ne l'apprécie guère, entourée quelques fois de sa mère harpie. Le film est beau, calme, ne se perd pas dans des fioritures, parvient à dépeindre parfaitement cette vie écorchée. Entre Violette et Simone se lie une amitié et un respect mutuel, l'une comme l'autre consciente de leur talent respectif.

Il faut saluer aussi la prestation des deux actrices principales : Violette, en femme écorchée, seule, quelques fois hystérique et heureuse, d'autres fois malade et d'une tristesse infinie, incarnée par Emmanuelle Devos. Et Simone, incarnée par Sandrine Kiberlain, femme froide et distante, mais qui paye chaque mois une pension à Violette sous couvert des éditions Gallimard pour l'aider à vivre. Martin Provost parvient aussi, outre le fait de nous montrer le parcours de ces deux femmes, à nous faire suivre la lignée littéraire de ces deux écrivaines, avec leurs publications respectives, de succès en succès pour Simone, et de défaite en défaite pour Violette, avant d'atteindre le succès absolu...là où s'arrête le film. Enfin, j'avoue ne pas trop connaître la vie de ces deux femmes, mais le film me paraît être assez fidèle, d'après le peu que je sais.

Un film réussi sur la vie personelle et littéraire de celle qui osa écrire ce que personne avant elle n'avait osé.

Commenter cet article