Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
Du côté de Clio

Mr Kaplan

23 Septembre 2016, 17:54pm

Mr Kaplan

Le film qui expose les affres du temps avec décalage... et humour !

Mr Kaplan, de Alvaro Brechner (2014)

Avec Héctor Noguera, Néstor Guzzini, Rolf Becker...

Argument : Jacobo Kaplan, septuagénaire, a l'impression d'avoir raté sa vie. Juif, il a fuit l'Allemagne nazie enfant, avec l'espoir de retrouver ses parents qui le rejoindraient. Son père, avant de partir, lui avait rappelé ô combien il était exceptionnel : à 76 ans, Jacobo se rend compte qu'il n'a rien fait de fantastique pour l'humanité. Alors, lorsqu'il découvre aux infos qu'un nazi se trouve clandestinement en Amazonie et que sa petite-fille lui dit qu'un allemand tient une guinguette en bord de plage, pour Jacobo, les comptes sont faits : il décide de le kidnapper pour le faire juger en Israël.

Mr Kaplan

Mon avis : Petite comédie sans grande prétention, Mr Kaplan n'en est pas moins alléchante. Le point de départ est pourtant simple : un homme au seuil de sa vie regarde ce qu'il a accompli et souhaite rester dans les mémoires. Il sera accompagné par Wilson, un ancien policier alcoolique et en mal de vivre. Les épreuves et les gags s'enchaîneront pour ce duo qui s'obstinera dans une entreprise que le spectateur conçoit comme loufoque. Il est bien rare de voir des comédies latino-américaines, surtout quand elles ne sont pas propulsées dans les cinémas mondiaux au rang de blockbusters (on pense, par exemple, à Les Nouveaux sauvages). D'habitude, les films latino-américains restent, toutefois, plutôt dramatiques, très loin du rire. 

Ici, le scénario présente quelques belles trouvailles, et l'incipit est succulent ; la suite décline peu à peu, sans pour autant cesser de distraire. Jacobo est un vieil homme sénile qui s'ennuie, qui voit le temps passer sans se soucier de ce qu'il se déroule à ses côtés. Par ailleurs, l'abord de la perspective historique est intéressant, puisque nombre de juifs ont du fuir la dictature allemande, mais aussi de nazis lors de la défaite : on se souviendra d'Un médecin de famille, de Lucía Puenzo, qui raconte l'exil de Josef Mengele en Argentine, où il continuera d'exercer sa profession de médecin pour faire des tests sur des jumeaux. Ainsi, à partir de ce point de départ, le scénario de Mr Kaplan exploite les situations comiques avec un ton qui, quelques fois, paraît bien simple. Divers procédés cinématographiques sont utilisés et parodiés, tels que la ceux du western lors d'un affrontement à coup de... pistolet de chasse à fléchettes anesthésiantes. Les sujets de cette charmante comédie n'en restent pas moins sérieux, et la fin tente de percer un secret que le spectateur connaissait déjà explicitement. Les acteurs, pour leur part, sont tout à fait crédibles et séduisants pour incarner ces personnages hauts en couleurs et minés par la vie, à la recherche d'un idéal inatteignable. Héctor Noguera, en vieillard dépassé, qui détruit tout sur son passage avec sa voiture en guise de bulldozer est tellement attachant, dès les premières images, qu'on en vient à aimer Mr Kaplan avant même d'en connaître ses différents rouages.

Une comédie ambivalente qui dresse le portrait d'un vieil homme sénile qui enchaîne les gags accompagné de son fidèle acolyte

Commenter cet article