Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
Du côté de Clio

Truman

1 Août 2016, 16:29pm

Truman

L'amitié entre drame et comédie

Truman, de Cesc Gay (2015)

Avec Ricardo Darín, Javier Cámara, Dolores Fonzi...
Goya du meilleur film, du meilleur réalisateur, du meilleur acteur pour Ricardo Darín et du meilleur second rôle pour Javier Cámara en 2015

Argument : Tomás rend visite pendant quatre jours à Julián, son ami d'enfance, à Madrid. Il est venu exprès du Canada puisque Paula, la cousine de Julián, lui a annoncé qu'il était atteint d'un cancer. Il va alors se retrouver face à une situation désolante traitée avec humour par un homme pourtant résigné.

Truman

Mon avis : Souvenez-vous, il y a trois ans Cesc Gay présentait Les hommes ! De quoi parlent-ils ?, une comédie succulente formée de petites histoires avec, pour acteurs, Ricardo Darín et Javier Cámara. Les voilà de retour dans Truman, une comédie qui tire sur le drame. En effet, Julián refuse de continuer sa chimio contre son cancer puisqu'elle ne fera que retarder sa mort. C'est joyeux, comme sujet ! Sauf que le réalisateur parvient à le tourner d'une façon tout à fait originale et intéressante. Le pathos perce quelques fois (la visite au fils, l'aveu à Paula), mais la comédie domine. Certaines scènes semblent cependant mal venues : par exemple, celle, trop prévisible et qui donne l'impression que le réalisateur prend le spectateur pour un idiot, où Julián annonce à Paula qu'il va prendre des cachets pour en finir (en fait, on s'en doutait déjà, c'était tacitement sous-entendu depuis le début).

Truman a aussi un beau trio d'acteurs : Dolores Fonzi est parfaite, comme toujours, tandis que Javier Cámara et Ricardo Darín parviennent tout à fait à donner vie à cette formidable relation d'amitié entre Tomás et Julián. Pourtant, leur interprétation n'est pas toujours tout à fait louable ; oui, je sais, ils ont reçu des Goya et des prix à San Sebastián pour ça... Donc, le film de Cesc Gay traite surtout l'amitié comme on aimerait tous la vivre, une amitié sans calculs (même pas monétaires !) alors que le sort approche. Ainsi, le pathos de la mort ne devient pas pesant et le débat sur la fin de vie est à peine esquissé : Julián veut mourir, c'est tout. Aux autres de l'accepter, donc, ce qui n'est pas toujours facile... Le penchant comédie de Truman nous empêche de méditer pleinement sur le propos. Dommage...

Le film espagnol de l'année qui révèle enfin Cesc Gay au public français : intéressant, mais pas totalement convaincant

Commenter cet article