Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
Du côté de Clio

The Collector

31 Mai 2016, 08:24am

The Collector

Gore à suspense

The Collector, de Marcus Dunstan (2009)

Avec Josh Stewart, Juan Fernández, Madeline Zima, Andrea Roth...

Akrin est engagé pour remettre à neuf une maison qu'un courtier en joaillerie a acheté. Il termine son travail et va rejoindre sa fille et sa femme ; celle-ci doit payer ses dettes dans les heures qui suivent. Akrin retourne donc dans la maison pour y dérober une pierre précieuse dans le coffre-fort : la famille est en vacances. Seulement, un terrible personnage l'a devancé et a posé des pièges dans toute la maison pour tuer les membres de la famille qu'il torture et qui tenteraient de s'échapper...

On m'a conseillé The Collector : j'aurais du me méfier quand, dans la bande-annonce, on voit apparaître le nom de Saw. Oui, ce sont les mêmes scénaristes : Aïe. Je cherchais un thriller d'épouvante pour de fortes sensations, et je me suis retrouvée face à un film d'horreur-gore fait de tortures et de morts cruelles. Pas exactement ce que je cherchais, donc... et pourtant je n'ai pas pu en décrocher. Peut-être parce que le gore sert la trame et non l'inverse, qu'il n'est jamais gratuit. Cependant, The Collector ne s'émancipe pas des clichés des films d'horreur : belle lumière lumineuse dans la première partie avant de sombrer dans la plus cruelle et affreuse ambiance glauque. Les jeux de caméras sont plutôt bons, avec, notamment, ces plans qui découpent deux pièces de la maison en contre-champ, avec le chat et la souris qui se poursuivent. Le scénario n'est pas toujours réaliste (comment un mec peut-il installer aussi rapidement tant de pièges ?)... mais les tortures, quant à elles, le sont. Des frissons m'ont parcouru des bras aux pieds. Oui, je suis de petite nature, je sais...

The Collector nous maintient en haleine de la première à la dernière minute (ce moment où tu commences à monter le son puisque le personnage est ENFIN tiré d'affaire... euh non). Les pièges sont bien trouvés : un téléphone clouté pour éviter d'appeler les flics, de l'acide sur le sol d'une chambre qui découpe un chat quand on essaye de le retirer (là, c'était un peu gratuit, quand même), un mur percé de couteaux, des lampadaires effilés pour mieux trancher... L'horreur, quoi. L'horrible tortionnaire n'est pas présenté psychologiquement, ce qui le rend encore plus vicieux : il ne s'exprime jamais, on ne voit jamais son visage... Par contre, ses yeux-lasers et sa langue oui : évidemment, on comprend que les films d'horreur-gores sont bien destinés à un public majoritairement masculin. En effet, les seins caressés tendrement qui alternent avec la tête du psychopathe qui se lèche les lèvres: on aurait pu s'en passer. Par contre, le manichéisme est berné avec le personnage d'Akrin : petit voyou qui veut dérober un trésor mais qui reste jusqu'à la fin pour tenter de sauver toute la famille. La fin nous laisse présager une suite : The Collection. Voyons quand je la regarde...

The Collector

Un film somme toute assez gore... mais qui a réussi à me maintenir en haleine du début à la fin !

Je vous laisse la chouette chanson du générique en bonus :)

Commenter cet article