Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
Du côté de Clio

Je te mangerais

11 Avril 2016, 11:56am

Je te mangerais

Fade

Je te mangerais, de Sophie Laloy (2007)

Avec Judith Davis, Isild Le Besco, Johan Libéreau...

Marie (Judith Davis) quitte sa campagne et sa famille pour aller étudier le piano au Conservatoire de Lyon. Cependant, comme ses parents n'ont pas beaucoup de moyens économiques, elle emménage chez Emma (Isild Le Besco), une amie d'enfance qu'elle avait perdue de vue. Une relation malsaine s'installe alors entre elles...

Je te mangerais est le typique film sur la relation masochiste où la victime prend plaisir à devenir tortionnaire. Il existe une vaste filmographie sur les rapports amour-amitié-je-te-bouffe et il est impossible de ne pas établir de comparaison. En effet, Je te mangerais m'a rappelé Respire, de Mélanie Laurent, qui est certes postérieur, mais qui analyse beaucoup mieux la relation sadique qui s'installe entre deux femmes. Car ici, tout est sous-entendu et rien n'est vraiment approfondi ; Marie est-elle réellement attirée par Emma ? Elle cède, elle la repousse, elle court chercher le réconfort dans les bras masculins. Au final, le spectateur est perdu et ne sait plus à quoi s'en tenir. La trame ne tranche pas, alors même qu'elle devrait oser beaucoup plus.

Les actrices sont sublimes, oui : surtout Isild le Besco qui incarne Emma la blonde. Tout à fait machiavélique et douloureuse, même si son ton de jeu (surtout dans sa voix) ne m'a pas toujours convaincu. Judith Davis joue le rôle d'une jeune femme qui veut se donner des airs de vierge effarouchée et qui devient terriblement mauvaise. Qui s'y attendait ? Tout le monde. Les deux femmes sont tout à fait opposées, et c'est sûrement ça qui les rend si proches et si destructrices. Voilà, Je te mangerais reste dans la psychologie et ne cherche pas à creuser ; il laisse une sensation de fade, d'amer en bouche puisque la relation n'est pas poussée au bout. La musique est un autre personnage mais on ne saisit pas trop l'enjeu total de cette relation femmeS-piano. L'histoire ne prend pas, elle ne valse pas avec les émotions... et ça c'est bien dommage. Quant à l'image... à l'image du film (sans jeu de mot !) : fade et tiède. Il manque de l'ambition ; Sophie Laloy aurait du oser beaucoup plus dans sa réalisation.

Je te mangerais

Je t'aime / moi non plus version saphique... dans un film qui ne parvient pas à convaincre

Commenter cet article