Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
Du côté de Clio

Rara

15 Mars 2016, 09:28am

Rara

La normalité d'une famille qu'on déchire

Rara, de Pepa San Martín (2016)

Avec Julia Lübbert, Emilia Ossandón, Mariana Loyola, Agustina Muñoz, Coca Guazzini...
Présenté en Compétition officielle au Festival Cinelatino 2016
Prix du meilleur film de la section Generation Kplus de Berlin 2016

Sara (Julia Lübbert) a 13 ans : l'âge où l'on devient une femme et où l'on a du mal à accepter ses problèmes et son corps. Cata (Emilia Ossandón) a 9 ans et est bien plus candide, puisqu'elle conserve encore cette innocence propre aux enfants qui est si touchante. Sara et Cata ont deux mamans, puisque leur mère, Paula (Mariana Loyola) vit avec sa nouvelle compagne. Sara a le malheur de parler ingénument de ses problèmes à son père, et celui-ci fait alors tout pour les récupérer...

Rara est inspiré d'une histoire vraie : celle de la juge Karen Atala, ouvertement lesbienne, qui a du mener un combat avec la loi pour pouvoir conserver la garde de ses enfants ; cela l'a conduit à porter plainte contre le Chili. Le fond de la trame est vraie, mais Pepa San Martín a choisi de se centrer sur les deux petites filles, sur leur propre ressenti. Les deux mères restent alors en arrière plan... L'histoire n'est pas dénuée d'humour, il faut le dire ! On est plongé dans le quotidien de cette famille qui est tout à fait normale, bien que le couple soit composé de deux femmes. Mais justement, là est la revendication de la réalisatrice : présenter la normalité d'une famille. Bien que l'adolescence de la plus grande vienne tout mettre à bas. Pourtant, la famille est heureuse, joyeuse, unie. On ne ressent pas trop d'où vient l'élément déclencheur du drame, et il aurait peut-être été préférable que le film se centre un peu plus dessus, mais ce n'est qu'un détail.

Les deux jeunes actrices portent le film, et il faut dire qu'elles sont excellentes ! La réalisatrice a mené un long travail en amont du tournage pour qu'elles se sentent à l'aise, comme des soeurs ou comme des filles. Tous les dialogues sont écrits, il n'y a aucune improvisation : et tout sonne juste ! Certaines scènes sont cocasses, comme celle de la fête de Sara où la petite soeur est déguisée en sachet Lipton. La réalisation est bonne, mais elle tend peut-être un peu trop vers une certaine simplicité : il n'y a pas de grands mouvements de caméra, ni de grandes scènes mémorables. Certains diront que le film tend vers le téléfilm... je n'irai pas jusque là. Et surtout, le vrai mérite de Rara est de montrer une famille formée par des lesbiennes dans une esthétique tout à fait grand public, que tout le monde peut voir, et dont la portée militante n'est pas l'atout central. En effet, les deux actrices représentent la vraie force du film...

Rara

Un chouette film militant LGBT qui se cacherait presque de l'être

"Fuego" dans une grande salle de ciné.. ça envoie du lourd !

Commenter cet article