Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
Du côté de Clio

Las Sinsombrero

31 Mars 2016, 19:15pm

Las Sinsombrero

Qui se souvient des femmes de la culture des années d'avant guerre civile en Espagne ? Pratiquement personne

Las Sinsombrero, un projet en collaboration de Crossmedia (2015)

Quel passionné de culture espagnole ne connaît pas Federico García Lorca ? Jorge Guillén ? Rafael Alberti ? Luis Buñuel ? Oui, ces fameux intellectuels de la "generación del 27". Cependant, qui connaît Ernestina de Champourcín ? Josefina de la Torremarga ? María Teresa León ? Concha Méndez ? Maruja Mallo ? Rosa Chacel ? Marga Gil Roësset ? La plus connue est sans doute María Zambrano ; et encore ?  Pourtant, toutes ces femmes représentent une partie de celles qui ont été les premières à s'illustrer sur la scène culturelle espagnole.

Las Sinsombrero est un documentaire très noble qui tente de présenter un portrait de ces femmes qui ont fait la culture durant ces années d'avant guerre civile en Espagne. Elles sont toutes absentes des manuels de l'époque, totalement absentes. Elles semblent n'avoir jamais existé... Comme beaucoup d'histoire culturelle des femmes... Il s'agit de les revendiquer, de les faire sortir de l'oubli, enfin. Cependant, le documentaire a aussi ces défauts : il présente beaucoup trop de portraits en une heure seulement. Comment présenter huit femmes en soixante minutes ? Impossible, la présentation reste superficielle, inévitablement. J'attendais quelque chose de plus approfondi, bien que je comprenne parfaitement que le but soit de nous donner envie d'aller vers leur univers, mais c'est à nous de faire les recherches nécessaires pour approfondir. Qui sait, peut-être que nous aurons un coup de foudre pour l'une de ces artistes, et l'envie d'en savoir plus... Las Sinsombrero est parvenu à son objectif pour moi, puisque la figure de Marga Gil Roësset m'a intrigué : comment une femme si jeune et si talentueuse, qui réalisait à treize ans des dessins d'une modernité qui n'a rien à envier aux années 1980-1990, a-t-elle pu se suicider à vingt-quatre ans en se tirant une balle dans la tempe ? Après avoir détruit le 90% de ses sculptures ? A cause de son amour impossible pour Juan Ramón Jiménez, cet homme marié, vieux et conservateur ? Je n'y crois pas, désolée.

D'autres petites choses m'ont dérangé dans Las Sinsombrero : les sons en arrière-plan par exemple, qui tentent de retranscrire l'image pour créer une unité. Par exemple, si une photo montre une femme qui marche, on entend des pas, si des photos montrent des femmes à la fête foraine, on entend des rires, des manèges... De fait, on perd un peu l'intérêt de l'image et l'on se déconcentre, alors qu'avec une petite musique en fond, cela ne serait pas arrivé. Par ailleurs, le documentaire présente l'oeuvre et la vie de ces femmes... mais la plupart des intervenants sont des hommes. Les intellectuels seraient donc toujours encore des hommes ? Les femmes sont-elles toujours exclues de l'ère culturelle ??

Enfin, je n'ai pas perçu l'intérêt de la dernière séquence du documentaire : certes, l'idée est ingénieuse. Un prof récupère les copies de ses élèves... mais que des trois garçons de la classe. Toutes les filles, la grande majorité du groupe donc, sont oubliées : le professeur tente ainsi de rendre visible la négation des femmes dans l'Histoire. Très intéressant... Mais qu'est-ce que vient faire l'ère contemporaine après ce portrait de femmes des années 1920 ?? Dommage...

Las Sinsombrero

Un documentaire très intéressant mais qui reste trop superficiel... et c'est bien dommage

Je vous laisse le documentaire complet :)

Commenter cet article