Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
Du côté de Clio

El acompañante

20 Mars 2016, 13:44pm

El acompañante

La réalité des porteurs du VIH dans le Cuba des années 1980

El acompañante, de Pavel Giroud (2015)

Avec Yotuel Romero, Armando Miguel Gómez, Jazz Vilá...
Présenté en Compétition officielle du Festival Cinelatino de Toulouse 2016
Prix du Public à Cinelatino 2016

Horacio Romero (Yotuel Romero) est le meilleur boxeur cubain du moment, il est une star. Cependant, il vient d'être contrôlé positif aux tests anti-dopage : pour se repentir, il doit faire une action sociale. Il est envoyé au centre "Los cocos" où il devra accompagner un ex-militaire qui a attrapé le SIDA en Afrique, Daniel (Armando Miguel Gómez). Celui-ci est le patient le plus indiscipliné ; comme tous les autres, il n'a le droit de sortir du centre qu'une fois par semaine, ce qu'il refuse catégoriquement...

El acompañante est basé sur une histoire vraie, celle de ces hommes reclus dans un centre cubain, au ban de la société. Les autorités militaires voulaient faire une expérience pour endiguer la propagation du VIH. Les personnages sont fictifs, les faits non. Oui, Cuba a été l'un des pays qui a réussi à canaliser le mieux la contamination ; mais à quel prix ? Voilà ce que tente de montrer le film de Pavel Giroud. Les péripéties s'enchaînent à un rythme effréné, le spectateur est constamment maintenu en haleine par l'histoire. Le pathos laisse place au rire, alors même que le sujet ne s'y prêtait que trop peu. Les personnages sont aussi bien construits que la trame, puisque la polarité de ces deux hommes en quête d'un même rêve est bien exposée. Daniel cherche à vivre ses dernières heures en liberté ; Horacio veut revenir sur le ring.

Cependant, quelques facettes de la trame restent obscures : que fait Daniel une fois hors du centre, toutes les nuits ? Quels sont ses trafics ? Une partie du film reste donc obscure, mais au final là n'est pas le plus important. Il s'agit avant tout de montrer comment dépasser les préjugés que l'on peut avoir face à un "malade", à un homme qui nous ressemble mais que l'on souhaite loin de nous à cause de son a-normailté. Voilà ce qui arrive à Horacio, qui finira attendri par cet homme si atypique. Le mélange entre la comédie et le drame fait de El acompañante un film qui se laisse regarder par tous les publics. C'est peut-être la critique que je lui ferais : il tente de plaire au plus large public possible... et il y parvient, sans toutefois le convaincre.

El acompañante

Un film grand public qui se laisse très bien regarder !

Commenter cet article