Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
Du côté de Clio

Alba

14 Mars 2016, 10:37am

Alba

La féminité adolescente

Alba, de Ana Cristina Barragán (2016)

Avec Macarena Arias, Pablo Aguirre Andrade...
Présenté en Compétition officielle au Festival Cinelatino 2016
Prix FIPRESCI à Cinelatino 2016
Prix RAIL D’OC à Cinelatino 2016

Alba (Macarena Arias) est une collégienne perturbée : sa mère est malade, on l'a conduit à l'hôpital. Son père (Pablo Aguirre Andrade) prend sa garde ; ce père qu'elle ne connaît pas, qui ne parle presque pas, qui fait tout pour l'aimer mais ne parvient pas forcément à lui montrer. Alba vit dans son propre univers, qui échappe aux adultes et à ses camarades de classe...

Alba est un film qui est touchant, bien qu'il oscille entre l'émotion totale et la platitude. Il retransmet la période charnière entre l'enfance et l'âge adulte, avec les troubles que l'adolescence comporte pour une femme. Le premier baiser, les premières règles loin de sa mère, les premières frustrations, la honte... L'amitié et la haine, parce qu'Alba ressent aussi la violence envers elle-même parce qu'elle est "pauvre", alors que ses amies viennent d'un milieu plus aisé. Certaines scènes sont touchantes et ingénieuses, ou plutôt révélatrices : dans la chambre, quand Alba humilie une camarade qui lui ressemble tant, quand elle se fait raccompagner jusqu'à "chez elle", quand son père interrompt la première fête d'Alba et que les assistants le jettent en le traitant d'ivrogne...

L'adolescence est un leitmotiv du cinéma, traitée ici en rapport avec la féminité. C'est cette alliance qui rend le film intéressant. L'adolescence torturée permet aussi une rapide identification pour le spectateur. Les silences et les non-dits qui en disent long sont nombreux ; il faut accepter de se laisser porter, ce qui n'est pas toujours aisé. L'actrice, cependant, jeune, est magnifique dans son rôle. Il faut dire qu'elle n'a pas eu de chance : sa mère était en chimio pendant le tournage, alors qu'elle devait jouer le rôle d'une jeune fille qui perd peu à peu sa mère...

Enfin, il faut aussi rappeler que le cinéma en Equateur n'est pas prolifique : il est rare de voir un film de ce pays, la réalisatrice est allée chercher ses influences ailleurs, dans le cinéma argentin par exemple (Lucrecia Martel), et il en ressort un film intéressant.

Un film équatorien intéressant qui n'est cependant pas parvenu à me convaincre

Je n'ai pas trouvé de bande-annonce du film... Je vous laisse (pour ceux qui comprennent l'espagnol), une interview de la réalisatrice pour l'un de ses courts métrages tourné avant "Alba"

Commenter cet article