Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
Du côté de Clio

La menteuse aux quatre visages

12 Janvier 2016, 23:34pm

La menteuse aux quatre visages

"C'est ce que veulent les filles : que leur Heathcliff les Lintonise !"

La menteuse aux quatre visages, de Jacob Chase (2010)

(The Four-Faced Liar)
Avec Marja Lewis Ryan, Emily Peck, Todd Kubrak, Daniel Carlisle, Liz Osborn...

Greg (Daniel Carlisle) vient s'installer avec Molly (Emily Peck), sa petite amie, à New-York. Ils vivent une relation depuis plusieurs années et tout se passe très bien. Seulement, au The Four-Faced Liar, le bar du coin, Molly croise Trip (Todd Kubrak), un camarade de son cours de littérature du XIXè (oui, ils y étudient Emily Brontë et ses Hauts du Hurlevent), avec sa petite-amie Chloe (Liz Oborn). Est aussi présente Bridget (Marja Lewis Ryan), une autre camarade du club et une dragueuse de première... lesbienne.

Suite à la lecture du résumé, vous pouvez vous douter de la tournure de l'histoire. Hétéro qui vit en osmome parfaite avec son homme avant de survoler des turbulences et de se réfugier dans les bras de sa nouvelle amie. Plutôt un classique des films lesbiens (il n'y a pas que ça, mais il y en a quand même beaucoup qui traitent ce sujet, on pense évidemment à Kyss Mig, à Eloïse ou à Elena Undone par exemple, et plus récemment à La Belle saison). Mais, quand même, La menteuse aux quatre visages tire son épingle du jeu. Par ses dialogues notamment, toujours percutants et incisifs, toujours vrais et touchants. Et souvent drôles. Par son scénario qui est parfaitement maîtrisé et qui tient plutôt bien la route (malgré quelques phases éludées qui auraient méritées d'être approfondies). Il y a ainsi quelques belles trouvailles, comme le brossage des dents le matin entre Trip et Bridget qui scande l'histoire, ou les premières minutes du film où l'on nous présente les personnages en images sous une musique pop qui donne un avant-goût de la suite.

Le film semble être à petit budget, ce qui le rend d'autant plus remarquable. Certes, il se déroule à New-York, mais les clichés de tous les films américains dans cette ville sont déjoués : on se retrouve dans des quartiers inconnus, loin de l'effervescence. Par ailleurs, les personnages sont parfaitement bien plantés : on devine un certain problème de Greg avec l'alcool (peut-être du à son changement de vie), les soucis de Molly et le changement total de comportement de Bridget à partir du moment où elle tombe dans les bras de son amante. Il faut dire qu'avant, elle collectionnait les filles qu'elle appelait par le nom des jours de la semaine où elles les avaient rencontré... Youps. Quant aux acteurs : ils sont parfaits ! Surtout Marja Lewis Ryan qui crève l'écran ! Et Todd Kubrak, qui incarne le trentenaire-adolescent qui passe son temps à tromper sa copine. Au final, La menteuse aux quatre visages n'est pas le film de l'année, mais il se savoure gentiment et permet de passer un agréable moment !

Un film pop, piquant, poignant et simple à découvrir de toute urgence !

En bonus, l'une des chansons pop du générique ! :)

Commenter cet article