Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
Du côté de Clio

Rams

7 Novembre 2015, 08:05am

Rams

Un islandais magistral !

Rams (El valle de los carneros), de Grímur Hákonarson (2015)

(Hrutar)

Avec Sigururöur Sigurjónsson, Theodór Júlíusson, Gunnar Jónsson...
Prix "Un certain regard" du Festival de Cannes 2015
Grand prix "Espiga de Oro" au Festival de cinéma de Valladolid, la Seminci 2015
Prix "Premio Pilar Miró" au meilleur nouveau réalisateur à la Seminci 2015
Présenté dans la section EFA du Festival du cinéma européen de Séville 2015

Gummi (Sigurður Sigurjónsson) et Kiddi (Theodór Júlíusson) sont frères. Ils habitent dans une vallée perdue en Islande, avec leurs moutons. Ils ne se parlent plus depuis bon nombre de décennies. Gummi perd le concours de meilleur bélier face à Kiddi d'un demi-point, ce qui le blesse beaucoup. Il examine alors l'animal, et découvre qu'il a la "scarpie", la tremblante du mouton, une maladie dégénérative incurable qui touche les ovins. Toutes les bêtes doivent être sacrifiées pour éradiquer le virus. Gummi et Kiddi vont se déchirer ; mais face à l'adversité peut survenir l'entre-aide...

Rams, ou en français Béliers, est un film magnifique. On n'a pas trop l'habitude de voir des films islandais portés sur nos écrans, et c'est bien dommage. Ce film peut être considéré comme un film "parfait" : une grande sobriété, de magnifiques paysages, une photo très réussie, des protagonistes excellents, un drame éthique avec un espoir de salvation ultime. Cependant, bien que ce soit un drame, il comprend tout de même quelques notes d'humour : les deux frères ne se parlent que par petites missives distribuées par le chien de l'un d'eux. Gummi qui découvre une nouvelle fois Kiddi ivre mort dans la neige, qui le prend dans la pelle de son tracteur pour l'apporter à l'hôpital. Rams nous pose de véritables questions sur la rivalité et l'humanité, si étroitement liées aux bêtes. Les moutons ont aussi eu droit à leur casting pour apparaître dans le film ! Les élèveurs aiment leurs bêtes, et connaissent presque le nom des 147 qu'ils possèdent. A cela s'oppose les vétérinaires exterminateurs qui veulent erradiquer le virus en les tuant toutes... Terrible.

Le suspense est là aussi, et on attend le moment fatal où le secret de Gummi sera découvert. Là est toute la tension du film dans sa seconde moitié, après avoir posé la situation. Alors, on attend, comme dans chaque film digne de nous tenir en haleine, que tout soit révélé et que la fin soit tragique. Et oui, la révélation se produit, ce qui m'a déçu dans un premier temps parce que j'en attendais plus de ce film. Oui, mais c'est sans compter la fin, l'une des meilleures de toute la cinématographie vue jusqu'à aujourd'hui. Je pourrai même dire la meilleure fin. Simple, sobre... mais surprenante et saisissante. Le fond noir apparaît, nous insuffle quelques secondes de doute sur la suite du film, avant de nous arracher un cri : le réalisateur nous laisse faire tout le reste du travail. Brillant !

Une véritable prouesse et leçon de cinéma !

Commenter cet article