Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
Du côté de Clio

Peace to us in our dreams

12 Novembre 2015, 21:27pm

Peace to us in our dreams

Une étincelle de cruauté

Peace to us in our dreams, de Sharunas Bartas (2015)

Avec Ina Marija Bartaité, Sharunas Bartas, Edvinas Goldstein...
Présenté dans la Quinzainde des réalisateurs de Cannes 2015
Présenté dans la section officielle du Festival du cinéma européen de Séville 2015

Un homme (Sharunas Bartas), sa nouvelle compagne (Lora Kmieliauskaite) et sa fille (Ina Marija Bartaité) partent passer un weekend à la campagne. La relation entre l'homme et sa compagne semble battre de l'aile, alors qu'une relation naît entre la fille et un jeune voisin (Edvinas Goldstein) dont les parents sont alcooliques et qui a fuit son domicile. Ces quelques jours seront l'occasion de voir la vie différemment...

Sharunas Bartas est un réalisateur lituanien assez réputé, dont les films ont connu un grand succès international. Peace to us in our dreams est son huitième film. Esthétiquement, il est magnifique : la photo est soignée dans les tons de noirs d'une clarté épurée. Les sons les plus infimes sont particulièrement répercutés : le beurre que l'on passe sur la tartine de pain, le bruissement des feuilles des arbres... On finit par se laisser porter par la beauté et la douceur (apparente). Tout se trouve dans les silences, les non-dits. Personne ne se parle. Ou presque. La violence est pourtant là, sous-jacente : la nouvelle compagne est alcoolique, tout comme les parents du jeune garçon. La scène finale est atroce : elle est d'autant plus horrible qu'elle est inattendue. Fin de la beauté, retour à la cruelle réalité de la vengeance, de l'alcool et de la violence de genre. Il est difficile de saisir la moralité de ce film : le réalisateur a répondu au public durant la présentation qu'il ne visait pas d'objectif réel, seulement raconter une pièce de vie.

Les acteurs sont beaux dans leur silence. Sharunas Bartas joue lui même le rôle de l'homme et sa fille dans la vraie vie joue sa fille dans le film. C'est son premier film ; bien qu'elle ne crève pas l'écran, on peut lui déceler une froideur assez charmante. Le film est long, mais sans longueurs. Le temps ne passe ni vite ni lentement, il suffit simplement d'accepter de se laisser porter...

Un film beau mais à la finalité quelque peu obscure (ce qui est bien dommage)...

Commenter cet article