Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
Du côté de Clio

Les Adoptés

1 Novembre 2015, 18:09pm

Les Adoptés

Le premier film de Mélanie Laurent en tant que réalisatrice

Les Adoptés, de Mélanie Laurent (2011)

Avec Mélanie Laurent, Denis Ménochet, Marie Denarnaud, Audrey Lamy, Clémentine Célarié...

Lisa (Mélanie Laurent) et Marine (Marie Denarnaud) sont inséparables. Elles sont soeurs, mais seulement depuis l'âge de 10 ans puisque la mère de Lisa (Clémentine Célarié) a adopté Marine quand ses parents sont décédés tragiquement. Lisa a un petit garçon, Léo (adorable et incarné par Théodore Maquet-Foucher). On ne sait rien du père de celui-ci. D'ailleurs, dans le cercle de ces trois femmes (Marine, Lisa, sa mère) les hommes n'ont pas leur place. Mais Alex (Denis Ménochet) apparaît dans la librairie de Marine un jour, et là tout change... Jusqu'au bouleversement.

Les Adoptés fait partie de ma vidéothèque idéale contemporaine. De ces films que je peux revoir cent fois sans jamais me lasser. Ne me demandez pas pourquoi, mais certains me parlent plus que d'autres. Et celui-ci me vole quelques larmes à chaque nouveau visionnage. Les Adoptés est le premier long métrage de Mélanie Laurent en tant que réalisatrice. Je voue un culte à cette actrice que je trouve touchante, à fleur de peau depuis Je vais bien, ne t'en fais pas. Certains diront qu'elle est partie à Hollywood et qu'elle a pris la grosse tête, mais ses films sont excellents. Depuis Les Adoptés, elle a réalisé un nouveau film, Respire, sur un thème tout à fait différent : celui du harcèlement scolaire.

Celui-ci est maîtrisé et construit : trois parties qui correspondent aux différents personnages. Lisa, Marine et Alex, donc. Côté bourgeois chic, où la culture tient une place capitale : Léo, le fils de Lisa, doit faire du sport (danse classique ou judo), écoute du Mozart, va au musée, au zoo... A une chambre avec du papier peint de dinosaures (a-troce par ailleurs !). Marine tient une librairie de livres anglo-saxons, Lisa joue de la guitare mais répare des violons... Petite famille parisienne (on suppose) à la vie réglée et au bonheur rond et parfait. Sauf que le destin s'en mêle, et qu'il faut alors apprendre à vivre d'une manière tout à fait différente. Les thèmes abordés sont multiples : l'amour bien sûr, l'enfance, les femmes, le matriarcat en quelque sorte, mais aussi la souffrance, le deuil, la mort. J'ai beaucoup aimé ce que nombre de critiques ont détesté : l'ambivalence des personnages. J'ai trouvé qu'ils avaient différentes teintes et différentes facettes qui les rendaient totalement vivants. Qui n'a pas une facette paradoxale ? Personne ne peut prétendre avoir une seule personnalité toute sa vie. Et le film est intéressant justement par l'évolution des personnages : je vous le dis, Marine a un accident et elle tombe dans le coma. Les relations entre ses proches vont évoluer. Au final, Les Adoptés représente un drame de la vie qui peut arriver à n'importe qui, dans des circonstances diverses.

Les acteurs sont excellents, j'ai découvert Denis Ménochet. Lui seul incarne un personnage qui présente toutes les contradictions dont je parle plus haut : un homme bourru de prime abord qui se révèle être un gros nounours adorable (qui accepte même de se faire ligoter par Léo-l'indien !). La mise en scène est magnifique, parfaitement réussie. L'émotion est là, palpable. Ce film est fait d'une multitude de petits détails qui le rendent attachant, touchant et émouvant. Que demander de plus ? Pour moi, il est réussi... et magnifique !

Je défends corps et âme ce petit bijou que beaucoup de critiques ont descendu

Commenter cet article