Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
Du côté de Clio

La vida en llamas

8 Novembre 2015, 12:00pm

La vida en llamas

La vie d'hommes héroïques à qui nous devons tant

La vida en llamas, de Manuel H. Martín (2015)

L'été, l'Andalousie, la sécheresse et les feux de forêts. Les pompiers sont là pour sauver des vies et les ressources du pays. Ils risquent leur vie, eux aussi, il ne faut pas l'oublier. Le réalisateur dresse le portrait de ces héros du silence, mais aussi de leurs compagnes pour nous présenter un métier hors du commun.

La vida en llamas est un documentaire très réussi, que chaque citoyen devrait voir pour prendre conscience des conséquences qu'un petit geste peut entraîner (comme jeter son mégot de cigarette sur de l'herbe transformée en paille par la sécheresse). Le film ne présente pas le point de départ des incendies, il laisse le spectateur le comprendre par lui-même. Ainsi, il se centre sur les membres de la BRICA, ce groupe d'élite surentraîné chargé d'éteindre les incendies dans la en Andalousie. Nous sont présentés Gustavo, le leader du groupe, Abarca, le "papi" qui a combattu les incendies des années durant à qui on a demandé de prendre sa retraite contre son consentement, ainsi que "Curiño", le petit jeune qui vient de rentrer dans le groupe d'élite. Peu de femmes sont présentes à l'écran, si ce n'est celles de ces hommes héroïques. Non, ce qui importe ici est leur travail, qui est souvent occulté et nié. Certes, ils attendent la sirène, mais dès qu'elle sonne, ils risquent leur vie. D'ailleurs, l'un des membres de la BRICA, qui dirigeait un hélicoptère, est décédé dans un incendie. Il est important de savoir aussi que ceux qui sont au sol ne travaillent qu'avec des outils, manuellement, pour éteindre le feu. Il faut alors élaguer les arbres, taper les flammes, pendant que l'hélicoptère projette 1.500 littres d'eau presque au-dessus de leur tête.

La vida en llamas est aussi un documentaire formellement et visuellement excellent : les images aériennes sont très réussie, la photo est soignée, et la caméra nous place au coeur même de l'action. Il est cependant difficile de ressentir toutes les sensations des personnages. La chaleur, par exemple, bien que présente, n'était pas assez palpable à mon goût. Le choix a aussi été fait de ne pas prendre de voix off pour présenter les faits importants : ils apparaissent alors projetés en toutes lettres sur l'écran. Sûrement pour nous plonger pleinement dans l'univers de ces hommes et ne pas nous laisser en réchapper facilement.

Enfin, il est important de signaler que ce film est sorti en septembre dans les salles espagnoles. A cette période là, l'Andalousie avait perdu plus de 52.000 hectares de ses forêts et de ses champs : ce chiffre correspond au total de celles perdues en 2013 et 2014. Il est vraiment nécessaire de prendre conscience des pertes engendrées par des incendies qui sont souvent provoqués.

Un documentaire nécessaire et bien tourné

Commenter cet article