Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
Du côté de Clio

La academia de las musas

11 Novembre 2015, 21:20pm

La academia de las musas

"L'amour est l'invention de la littérature"

La academia de las musas, de José Luis Guerín (2015)

Avec Raffaele Pinto, Emanuela Forgetta, Rosa Delor Muns, Mireia Iniesta...
Présenté en compétition officielle du Festival du cinéma européen de Séville 2015
Vainqueur du "Giraldillo de oro" du Festival de Séville 2015

Un professeur de l'université de Barcelone donne un cours sur l'amour dans la littérature. Il évoque Dante et sa "Divine Comédie", parle des muses, et donc du rôle des femmes. Ses élèves, la plupart des femmes, ne sont pas toujours d'accord avec lui ; le débat tourne au féminisme et à la place de la femme dans la société patriarcale. Sa femme, aussi présente lors de ses cours, lui pose des questions déstabilisantes une fois chez eux.

La academia de las musas a donc obtenu le grand prix du Festival de Séville. C'est un film hybride, à mi chemin entre le documentaire et la fiction, bien que le réalisateur ne revendique que cette dernière catégorie. Les premières minutes nous montrent un professeur de littérature donnant un cours à l'université de Barcelone. Il parle d'amour, de fidélité, de sonnet... Ses élèves interagissent beaucoup avec lui. La manière de filmer ce qui se passe en dehors de la salle de cours est hautement symbolique : la caméra se place derrière une vitre pour filmer un entretient privé, comme pour prendre de la distance. Mais ces choix m'ont fatiguée ne m'ont pas convaincu... Les dialogues des cours se font longs et demandent une attention accrue du spectateur. Beaucoup de concepts sont évoqués. Le film se veut hybride dans la langue aussi, puisque l'espagnol alterne avec l'italien et le catalan. Certes, le récit n'est pas dénué de quelques touches d'humour, comme dans une discussion entre le professeur et sa femme, et il se fait aussi plus dramatique dans le dernier twist. Mais au final, il n'y a qu'une seule chose qui m'a intéressée : l'arrière fond féministe du film, et le revirement de situation d'un homme qui se dit féministe mais dont l'éthique est douteuse... José Luis Guerín ne le juge pas, il laisse le spectateur prendre le chemin qu'il souhaite après sa présentation.

Un film qui commence à avoir beaucoup de succès, mais qui n'a pas réussi à me convaincre

Commenter cet article