Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
Du côté de Clio

Sexo fácil, películas tristes

5 Octobre 2015, 14:03pm

Sexo fácil, películas tristes

Une comédie romantique sans grande originalité

Sexo fácil, películas tristes, de Alejo Flah (2014)

Avec Quim Gutiérrez, Marta Etura, Ernesto Alterio, María Alché...
Biznaga de Plata du meilleur acteur pour Ernesto Alterio au Festival de Málaga 2015
Présenté dans la section "Panorama" de Cinespaña 2015
Présenté dans la section "Nouveaux réalisateurs" de Cinespaña 2015

Pablo (Ernesto Alterio) est un scénariste désespéré. Il peine à écrire le scénario que son ami producteur lui a commandé. Sa vie sentimentale s'effondre et il doit écrire une comédie romantique. Les personnages prennent vie sous nos yeux et l'histoire est commentée en voix off par Pablo lui-même.

Sexo fácil, películas tristes est le premier film du réalisateur argentin-espagnol Alejo Flah. Ce film se veut une sorte d'hommage aux comédies romantiques, dans le but de lui redonner ses lettres de noblesse. Mais son but est aussi de faire une comédie romantique qui ne ressemble pas aux autres comédies romantiques. Pour cela, il utilise trois niveaux de représentation : Pablo a une vie sentimentale qui tombe en ruine et il écrit une comédie romantique commandée par son producteur (1). Cette histoire prend vie, et elle correspond exactement aux clichés de ce genre cinématographique (2). Enfin, le spectateur (nous-mêmes assis dans notre fauteuil) regarde le film (3). Est-ce que ce film est différent des autres comédies romantiques, puisqu'en fin de compte c'est ça qui compte ? Non. Lui rencontre Elle, ils tombent amoureux, ils se séparent, ils se disputent, et dans les dix dernières minutes ils se retrouvent pour s'échanger le baiser cliché. Rien d'original : la voix off nous dit ce qu'il se passe dans toute comédie romantique qui se respecte, et tout se passe sous nos yeux, sans aucune surprise. Echec strident.

On retiendra cependant de ce film quelques rires, mais aussi de bonnes interprétations, avec un casting à la fois argentin et espagnol. Ernesto Alterio est très bon, ainsi que Quim Gutiérrez. On a connu Marta Etura sous des jours meilleurs, cependant, puisque ce rôle de femme amoureuse ne parvient pas à lui faire sortir tout son talent (impossible d'oublier son rôle magnifique dans Malveillance). Ce fut une joie de retrouver María Alché, actrice argentine révélée par Lucrecia Martel dans La Niña santa, et trop rare à présent sur les écrans. 

Un film avec de bons acteurs, mais dont l'ambition tend à le rendre artificiel

Commenter cet article