Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
Du côté de Clio

Requisitos para ser una persona normal

5 Octobre 2015, 14:02pm

Requisitos para ser una persona normal
Êtes-vous normal(e) ?

Requisitos para ser una persona normal, de Leticia Dolera (2015)

(Conditions requises pour être une personne normale)
Avec Leticia Dolera, Manuel Burque, Jordi Llodrà...
Biznaga de Plata pour la catégorie Meilleur Nouveau Réalisateur, Meilleur Montage, Meilleure Photo, Mention Spéciale du jury étudiant et Prix "Signis" au Festival de Málaga 2015
Présenté dans la section "Compétition Nouveaux Réalisateurs" de Cinespaña 2015

María de las Montañas (Leticia Dolera) se considère comme une personne "normale". Seulement, lors d'un entretien d'embauche, elle se rend compte qu'elle ne possède aucune des caractéristiques de la norme : elle n'a pas de travail, pas de toit, pas d'amis, pas de couple, elle n'est pas proche de sa famille et surtout, surtout, elle n'est pas heureuse. Elle fait un pacte avec Borja (Manuel Burque), rencontré au rayon lampes d'Ikea : il l'aide à devenir une personne normale, elle l'aide à maigrir. Marché conclu.

Requisitos para ser una persona normal, si l'on en juge par toutes les distinctions reçues lors du précédent Festival de Málaga (le Cannes espagnol), était prometteur. Et en effet, il tient ses promesses. Il représente une véritable ode à l'acceptation de la différence, parce que ce n'est pas toujours facile d'acepter ce que l'on est, surtout dans cette société contemporaine où les normes régissent le monde. Ikea devient le centre de cette normalisation mondiale. Il s'agit alors de faire de nos différences des ballons qui nous transportent vers d'autres horizons, alors que l'on devient enfin léger. Cette ambition est servie par une image très colorée et pop, par des acteurs formidables et des gags très très drôles. On retiendra le rôle de Borja incarné par Manuel Burque, un homme qui lui aussi ne semblerait pas être dans la norme mais dont la seule obsession est de maigrir. Le scénario est original et s'éloigne de quelques clichés des comédies romantiques, sans pour autant réussir à s'en extraire (les deux "amis" finissent par s'unir : "ils vécurent heureux et eurent beaucoup d'enfants"). Cependant, quelques originalités sont là, qui prétendent donner un caractère plus social au film : le frère (Jordi Llodrà), atteint du syndrome de Down, qui pourrait lui aussi être considéré comme a-normal, mais qui a un travail et une vie amoureuse bien plus développée que celle de sa soeur. De plus, il est homosexuel, ce qui représente une double a-normalité : on devine la critique féroce opérée par Leticia Dolera à l'encontre de notre société et de ses codes. Autre point important de ce caractère social donné au film : la mère de María de las Montañas a subi les violences de son conjoint pendant l'enfance de sa fille. Ce fait semble expliquer pourquoi celle-ci à tant de mal à s'épanouir. Il s'agit alors de poser les mots sur cette souffrance pour enfin se libérer et s'envoler... libéré, délivré.

Enfin, on retiendra de ce premier film fort prometteur écrit, réalisé et incarné par Leticia Dolera quelques gags cocasses : María de las Montañas déguisée en biscuit pour chien nourrissant des enfants, mais aussi le "horno holandés" où il s'agit de faire des pets à l'unisson sous une couverture et de tenir le plus longtemps possible dessous, dans la puanteur. Ainsi qu'Omar Sy devenu le fantasme "Omar Charif" lors d'une dégustation de space cake où des femmes d'un certain âge qui, ne sachant pas rouler un joint, ont décidé d'en faire un gâteau. Divin !

Une comédie très drôle aux pointes sociales : une réussite !

Commenter cet article