Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
Du côté de Clio

El espíritu de la colmena

1 Octobre 2015, 06:59am

El espíritu de la colmena

Un grand classique du cinéma espagnol

El espíritu de la colmena, de Víctor Erice (1973)

(L'esprit de la ruche)

Avec Ana Torrent, Isabel Tellería, Fernando Fernán Gómez, Teresa Gimpera...

Castille, 1940. La dictature de Franco fait rage depuis la fin de la guerre civile espagnole en 1939. Ana (Ana Torrent) et sa soeur (Isabel Tellería) habitent un petit village isolé de tout, entouré de champs, qui semble terriblement mort. La seule distraction provient de l'extérieur : chaque mois, la caravane du cinéma ambulant vient poser ses valises dans le village pour faire découvrir un film. Ana est fascinée par la projection de Frankenstein. Le protagoniste de ce film deviendra sa seule obsession : elle croiera au monstre et elle le cherchera. Cette quête deviendra alors le pillier de son voyage initiatique vers l'âge adulte...

El espíritu de la colmena est devenu un classique du cinéma espagnol. Pourtant, son réalisateur, Víctor Erice, ne fit que trois films durant toute sa carrière cinématographique. Il tourna celui-ci en 1973, soit deux ans avant la mort de Franco. Il ne faut peut-être pas chercher les allusions indirectes au régime (ou peut-être que si, il faut les chercher) mais l'histoire de son tournage est intéressante. En effet, le producteur présenta un scénario remanié à la censure pour qu'elle l'autorise à tourner le film. Víctor Erice, cependant, tournera le vrai scénario. Où rien ne va clairement à l'encontre du régime, mais où tout est suggéré. Par exemple, le fuyard qui saute d'un train, qui se réfugie dans une maison abandonnée et qu'Ana aidera avant qu'il ne soit trouvé et fusillé. Qui est-il ? Le film ne nous le dit pas, mais on devine clairement que c'est un Républicain.

Le film se languit dans des longueurs qui pourront paraître éternelles à certains spectateurs, et qui pourront aussi permettre à d'autres d'analyser chaque petit geste. Le regard d'Ana devant Frankenstein par exemple, capté sur le vif, sans être répété au préalable par les acteurs : la petite Ana Torrent a réellement découvert ce film lors de cette projection. El espíritu de la colmena se centre sur elle, sur cette étape charnière qu'elle vit. La transition de l'enfance vers l'âge adulte ne se fera pas sans encombres et ressemblera réellement à un rite initiatique parsemé de mort. Cette mort que tous les autres (adultes) auront accepté dans leur vie (même la grande soeur d'Ana qui jouera avec en lui faisant croire qu'elle a péri assommée par un pot de fleurs). On peut alors élargir le prisme et voir dans le regard perçant de cette petite fille une leçon pour l'humanité et une ode à la résistance innocente... 

Un grand film qui ouvre la porte à diverses interprétations

Commenter cet article