Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
Du côté de Clio

Adama

5 Octobre 2015, 14:08pm

Adama

Un film d'animation sur fond de Première Guerre Mondiale

Adama, de Simon Rouby (2014)

Avec les voix d'Azize Diabate Abdoulaye, Pascal N'Zonzi...

Adama est un jeune garçon de 12 ans. Il vit en Afrique, dans un village isolé encaissé dans les falaises. Derrière elles s'étend le Monde des Souffles, le danger par excellence, le règne des Nassaras. Samba, son frère aîné, va être intronisé homme dans la communauté. Mais un mauvais présage oblige à stopper la cérémonie : le lendemain, Samba est parti de l'autre côté des falaises. Adama part à sa recherche bien que tous les villageois le lui interdisent. Il suivra sa trace jusqu'aux tranchées de Verdun, où la guerre de 14-18 fait rage...

Je ne suis pas particulièrement fan des films d'animation, sans pour autant penser que ce soit un genre à mépriser, bien au contraire. Par conséquent, je ne m'y connais pas du tout dans les techniques. Pour Adama en revanche, on perçoit facilement que les personnages et les paysages n'ont pas été faits avec la même matière : en effet, les personnages ont été réalisés en argile avant d'être scannées et animés en 3D. Le mélange de différentes techniques donne un rendu fort agréable au film, il faut le souligner. L'histoire racontée est magnifique et surprenante. Le film s'adresse aussi bien aux adultes qu'aux plus jeunes ; il ne montre jamais de violence réelle (qui ne choquera donc pas les enfants) mais pourra aussi combler les adultes par ses non-dits et ses sous-entendus qui sont parfois bien plus subjectifs que la violence elle-même. Le scénario tient très bien la route, même s'il semble un peu trop linéaire. Les personnages sont bien construits tant techniquement que psychologiquement. Adama offre donc un beau conte moderne qui interroge (un peu) sur les guerres passées et celles qui seront sûrement à venir, à travers les yeux d'un enfant représentant symboliquement la plus pure innocence. Il raconte le fait réel des soldats sénégalais enrôlés dans l'armée française notamment pour la Première Guerre Mondiale ; Adama n'a cependant pas pour vocation de nous faire un cours d'histoire, loin de là.

Au final, je n'ai qu'un regret : la fin. Amenée de manière très poétique, certes, mais un peu trop rapide. Elle m'a laissé sur ma faim, ce qui est bien dommage car la qualité du film en général est excellente. Enfin, il faudrait souligner qu'Adama représente le premier film du réalisateur Simon Rouby, et c'est par ailleurs le premier film entièrement réalisé à la Réunion. Une réussite !

Un film très poétique pour tous les âges !

Commenter cet article