Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
Du côté de Clio

A cambio de nada

1 Octobre 2015, 21:24pm

A cambio de nada
Un autre film espagnol sur l'adolescence... traité avec originalité

A cambio de nada, de Daniel Guzmán (2015)

(En échange de rien)
Avec Miguel Herrán, Antonio Bachiller, Luis Tosar, María Miguel...
En compétition officielle à Cinespaña 2015
Grand vainqueur du Festival de Málaga 2015 avec pour prix la Biznaga de oro au Meilleur film, la Biznaga de Plata à la meilleure réalisation et la Biznaga de Plata au meilleur second rôle pour Antonio Bachiller
Prix du public à Cinespaña 2015
Violette d'or à Cinespaña 2015

Darío (Miguel Herrán), un jeune ado, est en échec total. Ses parents (María Miguel et Luis Tosar) se séparent et lui se retrouve au milieu, sans vouloir choisir entre l'un ou l'autre. Alors il leur ment, à tous. Il en a marre, à l'école rien ne va plus, seul son meilleur ami (Antonio Bachiller) est là pour le soutenir. Un jour, s'en est trop : il fugue, et va trouver refuge chez un mécanicien (Felipe García Vélez), puis une vieille dame (Antonia Guzmán). Il accumule aussi les petits délits, jusqu'à parvenir à la limite qui semble irréversible.

A cambio de nada est un énième film espagnol sur l'adolescence : on ne les compte plus, après El Bola, Barrio, 7 vírgenes... Ici aussi nous est montré le portrait d'un jeune en souffrance et en rupture totale avec l'autorité qu'exerce la société. Mais l'approche en est originale : le drame se mêle à la comédie, et la comédie se mêle au drame. On assiste en effet aux aventures de ce jeune "pícaro" tout droit sorti des oeuvres du siècle d'or espagnol adapté à la sauce du XXIè. Le jeune héros doit user de toute son ingéniosité pour se défaire du carcan de la société qui l'opprime : il va alors être accompagné de son fidèle ami Luismi (qui passe son temps à dire qu'il doit remonter chez lui mais qui le suit toujours), d'un mécanicien qui l'initiera dans la ruse qui finira mal, et une vieille dame qui lui offrira le toit qu'elle espérait pour son propre fils. Les péripéties s'enchaînent à un rythme endiablé qui nous laisse constamment en haleine.

A cambio de nada est donc un bon film qui mélange les genres à merveille, mais qui parvient plus à nous faire rire qu'à nous faire pleurer. Même la scène finale ne parvient pas à nous arracher les larmes qui coulent sur la joue de Darío, que l'on sent un peu forcées. Dommage... Les acteurs sont fabuleux, et la mention spéciale reviendrait aux deux ados, pour qui ce film représente sans doute leur premier rôle et qui parviennent parfaitement à entrer dans la peau de leur personnage. La vieille dame qui incarne Antonia (qui est d'ailleurs la grand-mère du réalisateur) est tout aussi bluffante et fait penser à Chus Lampreave, cette petite mamie marrante, émouvante et quelques fois à côté de la plaque qui apparaît dans la plupart des films de Pedro Almodóvar. Luis Tosar, pour sa part, bien qu'il n'apparaisse que très peu dans ce film, incarne un père dépassé à la perfection : belle scène de colère dans le camion où il ne laisse pas parler son fils et où ses veines du cou jaillissent par la colère. De belles interprétations, donc, et surtout pour un premier film puisque c'est le premier long-métrage de ce jeune réalisateur.

 

Un chouette film aux péripéties cocasses qui vous fera passer un bon moment !

Commenter cet article