Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
Du côté de Clio

Todo el mundo lo sabe

30 Septembre 2015, 08:13am

Todo el mundo lo sabe

"La pasta es el motor que mueve el mundo"

Todo el mundo lo sabe, de Miguel Larraya (2014)

(Tout le monde le sait)
Avec Bárbara Santa Cruz, Diego Toucedo, Juan Blanco...
En compétition dans la section "Nouveaux réalisateurs" de Cinespaña 2015
Biznaga de Plata au meilleur film et au meilleur scénario dans la section "Zonacine" du Festival de Málaga 2015

Madrid, 2014. Eduardo Llanes est un avocat influent et richissime de Madrid. Il est en prison pour blanchiment d'argent. Il y rencontre Rodrigo ; ils deviennent amis. Rodrigo sera sa main droite pour le venger une fois dehors. Marta est la maîtresse de Rodrigo ; elle raconte son histoire au téléphone à un inconnu en espérant ardemment la sortie de prison de son amant...

Une musique électrisante, Madrid vue de l'asphalte, des pièces de monnaie, des billets de banque pour le générique ; Todo el mundo lo sabe est un film représentatif du nouveau cinéma espagnol. Il a été réalisé et produit selon les normes du "#Littlesecretfilm" : le film doit être tourné en 24h, avoir une équipe limitée, pas de promotion pendant la production, un budget très faible (2.000€ pour celui-ci)... (rappelez-vous, l'année dernière Todos tus secretos faisait aussi partie de ce concept). Il s'agit alors, avec ces règles contraignantes, de réaliser un film d'une grande ingéniosité. Et Todo el mundo lo sabe y parvient plutôt bien ! Le spectateur peut avoir du mal à entrer dans le film lors des premières minutes : un homme écoute des conversations téléphoniques, une femme parle au téléphone. Mais nous ne voyons jamais clairement les visages, ce qui peut être déstabilisant. Peu à peu, on rentre dans le jeu et on accroche. Quand le lien entre les différents personnages se fait, on aperçoit enfin les visages ; les gros plans qui se centraient sur les mains ou sur le téléphone à l'oreille se décalent pour nous faire découvrir les personnages.

Il est difficile de faire un résumé de ce film puisque nous ne voyons jamais l'action : on nous la raconte. Todo el mundo lo sabe ne montre que des conversations : on apprend cependant les difficultés de Rodrigo pour pénétrer dans un appartement et dérober des documents. Notre imagination fait alors le travail de représentation. Le film montre donc la corruption et le blanchiment d'argent si typique dans notre société contemporaine, mais il le montre en périphérie, à travers ceux qu'on ne voit pas d'habitude : les victimes collatérales qui importent guère les différents médias de communication. Pourtant, c'est une histoire que l'on a entendu cent fois aux informations...

Les acteurs sont magistraux : le film a été tourné en 24h donc, la caméra évite les zooms sur les visages mais les plans paraissent tournés en une seule prise, ce qui ne laisse pas le droit à l'erreur aux acteurs. L'image est belle et nette, avec de nombreux contre-jour qui sont autant d'astuces pour éviter les gros plans directs sur les visages.

Un film déroutant et original : une prouesse !

En bonus : la chanson du générique !

Commenter cet article