Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
Du côté de Clio

Un Français

10 Juin 2015, 14:59pm

Un Français

Un film nécessaire

Un Français, de Diastème (2015)

Avec Alban Lenoir, Samuel Jouy, Paul Hamy...

Marc (Alban Lenoir) est un skinhead, un vrai, de celui qui mate les pédés et les arabes. "Ici, c'est la France, bordel, et vous, vous n'avez rien à faire là", un coup de poing, enroulé d'une ceinture crochetée de fer ; le message est passé. De bagarre en bagarre, Marc vit les étapes sombres de la France : meurtre d'un noir qu'ils ont forcé à boire du détergent, un autre qu'ils ont jeté dans le fleuve en marge d'une manif pour le FN. Marc est là, toujours. Il devient garde du corps pour un représentant FN, un ami d'enfance. Et puis, il se repent, oui. Il veut oublier toute la haine qu'il porte en lui. Il veut devenir un type normal, tout à fait normal. Un Français c'est l'histoire du parcours de ce type, de l'aube des années 80 jusqu'en 2013 et la Manif pour Tous, en passant par la candidature de Jean-Marie Le Pen de 1988.

La polémique autour de ce film m'a attirée : les avant-premières ont peu à peu été annulées, le film ne sera projeté que dans 65 salles. Pourquoi ? Bonne question. Peut-être parce qu'il est violent ; pourtant il n'est pas interdit aux moins de 18 ans, ou de 16. Ou peut-être parce que le français n'a pas envie de se voir assimilé à ce "français" là. Ou tout simplement parce que la France n'a pas envie d'entendre parler de cette partie de son histoire (le bon patriotisme à la française, on le connaît bien). Je ne m'y connais pas trop en skinheads, mais je ne pense pas que leurs combats aient été montrés de cette façon là auparavant. Certes, Despentes avait montré leurs rixes contre les punks dans Bye Bye Blondie. D'ailleurs, le début du film de Diastème peut, en quelque sorte, être rapproché du Baise-moi de Despentes. Une bande de décérébrés portant une puissante haine attaquent, voire tuent, ceux qui se trouvent sur leur passage. Même un pauvre piéton qui, à un coin de rue, rentre dans l'un d'eux.

Mais rassurez-vous, la violence ne dure pas plus de 30 minutes. Oui, ça peut sembler long, c'est quelques fois éprouvant (en témoigne les vives réactions de ma voisine de siège), mais je suis sûre que vous avez connu pire. L'essentiel du film n'est pas là, mais bien dans le fait de voir le cheminement de ce pauvre mec qui veut éloigner son passé de lui, sans pour autant le rejeter car jamais il ne laissera tomber ses amis d'enfance, jamais il ne voudra effacer ses tatouages. Mais jamais il ne parviendra à la rédemption totale, et c'est bien là que se trouve le point fort du film. Cependant, on ne parvient pas trop à comprendre ce cheminement, et c'est la critique majeure que j'aurais à faire. Ses rencontres sont décisives, oui. Mais qu'est-ce qui le pousse à arrêter ? Il aurait fallu accentuer ce fait là, un peu trop subtil à mon goût. Le temps qui s'étiole passe trop vite et maladroitement ; on l'observe à travers la coupe de cheveux et la barbe de Marco, bonne trouvaille cependant. La caméra est ingénieuse, autre point positif. Les morts issues de faits réels se trouvent évoquées hors champ, heureusement. L'histoire, justement, qui s'inspire de 9 faits réels est remarquablement bien réécrite. Chapeau.

Les acteurs sont exceptionnels, rien à dire. Il était fort agréable de retrouver Paul Hamy découvert dans Suzanne dans un rôle qui lui va si bien. Quant à Alban Lenoir, évidemment, il est remarquable. Autant en pauvre type pourri qu'en mec repenti qui refait sa vie, abandonné de tous, et qui troque son crâne rasé et sa veste en jean contre un gilet orange fluo de la Banque alimentaire. Saisissant.

Un bon film qui a enflammé les critiques bien avant sa sortie ; ce n'est cependant pas, non plus, le film de l'année. Mais que préférez-vous : une comédie bien drôle mais salasse et misogyne ou un film nécessaire sur une page sombre de l'histoire de la France qui ne s'est pas encore tournée et dont la contemporanéité est un peu trop présente ? Mon choix est vite fait.

Commenter cet article