Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
Du côté de Clio

L'année prochaine

25 Juin 2015, 13:56pm

L'année prochaine

Un premier film dans l'air du temps

L'année prochaine, de Vania Leturcq (2015)

Avec Constance Rousseau, Jenna Thiam, Kévin Azaïs, Julien Boisselier...

Clotilde (Constance Rousseau) et Aude (Jenna Thiamet) sont les meilleures amies du monde ; elles ont 18 ans et viennent d'avoir leur bac. Elles partent faire leurs études à Paris ; Clotilde arrive à la Sorbonne en licence de philosophie tandis qu'Aude intègre Prép'art dans le but de pouvoir réussir le concours d'entrée aux Beaux-Arts. Oui, mais voilà, elles ne vivront pas leur expérience parisienne de la même façon. Et puis c'est Clotilde qui a envoyé le dossier d'Aude pour la prépa...

L'année prochaine est le premier film de Vania Leturcq. Impossible de ne pas faire de comparaison avec Les combattants de Thomas Cailley : un portrait de la jeunesse, du passage à l'âge adulte, de l'amour adolescent, des frustrations, et puis il y a Kévin Azaïs, présent dans ces deux films. Impossible de ne pas faire non plus la comparaison avec le nouveau film de Mélanie Laurent, Respire, qui raconte l'amitié destructrice de deux jeunes adolescentes. Mais cessons ici les comparaisons, et considérons L'année prochaine dans sa singularité. L'idée paraît assez banale et commune : deux provinciales quittent leur "trou" pour aller tenter leur chance à Paris. Ce que de nombreux jeunes ont connu aussi ; un film qui parvient donc à parler à la jeunesse d'aujourd'hui. Les maladresses sont nombreuses bien que l'ensemble soit prometteur. Il y a, par exemple, trop de fondu en noir qui coupent les scènes, ce qui donne l'impression, à certains moments, d'instantanées plaquées les unes sur les autres. C'est dommage...

Les actrices et acteurs sont bons ; quelle joie de retrouver Julien Boisselier qui ne semble pas vieillir même 9 ans après Je vais bien, ne t'en fais pas ! Kévin Azaïs, jeune pousse du cinéma français, est plein de promesses. De manière générale, le film tient plutôt bien la route, on comprend assez bien la pression portée sur Aude. La fin est cependant too much : la fête, déjà, où les rôles "s'inversent", de manière un peu facile. Quand à la toute fin, ma foi, s'il suffisait de teindre et de détacher les cheveux de l'actrice pour croire qu'elle a pris 4 ans ; oui, parce qu'entre la fin de la première année de licence et le mémoire, il n'y a que 4 ans, et on dirait qu'elle en a pris 10. Maladroit...

Un premier film plein de promesses mais quelque peu décevant.

Commenter cet article