Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
Du côté de Clio

Le labyrinthe du silence

28 Mars 2015, 18:33pm

Le labyrinthe du  silence

Une pépite sur une histoire vraie

Le labyrinthe du silence, de Giulio Ricciarelli (2015)

Avec Alexander Fehling, André Szymanski, Johannes Krisch...

..

Je pense que ce film est important. Parce qu'il donne à voir les faits qui se sont produits en 1958 en Allemagne : un jeune procureur tout juste diplômé prend ses fonctions et s'occupe d'affaires d'infractions au code de la route. Rien qui le passionne. Un jour, un journaliste apporte un mandat stipulant qu'un professeur de l'école du village est un ex-SS. Peu à peu, le procureur va mener une enquête et découvrir des choses terriblement horrifiantes, lui qui ne connaissait même pas "Auschwitz" (un camp de vacances). Et découvrir dans quelle pourriture se trouve la société. Sauf qu'il n'a pas pris la mesure du labyrinthe duquel il devra trouver la sortie, mais peut-être pas la vérité. Et cette histoire va découler sur le premier procès qui jugera les tortionnaires de ce camp de la Seconde Guerre Mondiale.

Le labyrinthe du silence est un petit bijou : il a de l'action, une histoire édifiante, qui mêle Histoire collective et histoire personnelle, de (beaux) bons acteurs, un premier film, une ambiance des années 60 recréée qui fait rêver... Un film presque parfait, en somme. Il pose de vraies questions sur le devoir de mémoire : après tout, l'Espagne aussi refuse de se rappeler les faits de la Guerre Civile, la France ceux de la Guerre d'Algérie. L'Allemagne refusait de voir ceux de la Seconde Guerre Mondiale. Ne pas connaître Auschwitz, pour un procureur allemand, c'est juste inimaginable. J'ai eu beaucoup de mal à me mettre à sa place, puisqu'aujourd'hui n'importe quel collégien connaît l'existence de ce camp. Et puis le film cite des personnages réels, dont Megele. Si vous avez vu Le médecin de famille, le très bon film de Lucia Puenzo (qui m'avait glacé...), vous pouvez mettre les deux films en parallèles : pendant que s'ouvre le procès en Allemagne, Megele coule des jours heureux en Argentine où il continue ses expériences sur les jumeaux. Révoltant ? Regardez ces deux films.

Les acteurs ? Magnifique, je vous dis ! Je ne les connaissais pas, je ne sais pas si c'est leur premier film, mais c'est en tout cas la première oeuvre du réalisateur. Je lui tire mon chapeau, parce qu'il est bien difficile de réussir un pari aussi fou sur un tel sujet, avec un film de deux heurs. Mission accomplie avec brio ! J'ai beaucoup aimé certaines prises de risque, comme la bande son de musique classique qui remplace la voix des témoignages des rescapés. Témoignages dont on a déjà fait l'expérience : la petite musique est alors bienvenue. Et saisissante scène où tant le procureur que la secrétaire sont pris d'effroi et de larmes devant le premier témoignage. "Des milliers de morts" : impossible de s'imaginer que l'Allemagne ait pu cacher une telle horreur.

En bref : action, émotion. Gros kiffe !

Commenter cet article