Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
Du côté de Clio

Les Nouveaux sauvages

24 Janvier 2015, 21:18pm

Les Nouveaux sauvages

Une comédie-dramatique totalement déjantée

Les Nouveaux sauvages, de Damián Szifron (2014)

Avec Ricardo Darín, Erica Rivas, Leonardo Sbaraglia, Darío Grandinetti, Rita Cortese...
Présenté en Sélection Officielle de Cannes 2014
Nominé aux Goya 2015 dans 9 catégories

Argentine, époque contemporaine. 6 histoires aussi délirantes les unes que les autres nous sont présentées; leur point commun ? Une rancoeur, une vie qui s'écroule en quelques minutes, dans un mélange de rire et de pleurs. Plutôt de pleurs finalement, quand même. Surtout de l'absurde et une cruelle ironie du sort.

On reconnaît bien là un film produit par les frères Almodovar : une critique de la société servie par un humour décapant. On adhère...ou non. Pour ma part, je suis mitigée ; je n'ai pas eu d'énormes éclats de rire, alors que quelques fois un cri de dégoût a jailli de moi. Non, il ne va pas aller jusque-là... Eh bien si, et bien plus loin encore, dans une plongée en un cauchemar sans fin. Dans le fond, le film nous montre 6 vies différentes, un peu comme dans Una pistola en cada mano (dans lequel jouait aussi Ricardo Darín, d'ailleurs) ; sauf que là, les histoires ne semblent avoir aucun lien entre elles, les personnages ne se retrouvent pas à la fin. Leur point commun serait le pétage de plomb, et ses conséquences souvent assez dramatiques (parfois ironiquement drôles comme dans l'histoire des deux routiers qui se battent). Je prends le parti de ne pas vous raconter ces quelques histoires cocasses pour ne pas vous gâcher l'effet de surprise si vous décidez d'aller voir le film. Mais...dans cette comédie, j'ai trouvé quelques notes assez vulgaires et difficiles à avaler. J'ai bien aimé certains plans ou certaines scènes détournées de la tradition du cinéma ; une quasi scène d'horreur couplée à un western pour cette même scène des routiers.

Le film est présenté par la presse et les critiques comme une comédie ; mais la fin de toutes les histoires ne peut se résumer à cela ; ce serait plutôt un drame. Sauf, heureusement, la toute fin, où le réalisateur nous montre que finalement la vengeance est certes un plat qui se mange froid, mais qu'elle peut aussi servir à pardonner et à aimer plus fort qu'avant. Ce qui n'était à priori pas gagné...

Vous l'aurez compris, ce film ne m'a pas particulièrement enthousiasmé.

Dans un ciné pour une scène de mariage : grisant !

Commenter cet article