Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
Du côté de Clio

Pride

16 Novembre 2014, 15:08pm

Pride

Une étonnante et véridique histoire traitée avec beaucoup d'humour

Pride, de Mathew Warchus (2014)

Avec Bill Nighy, Imelda Staunton, Ben Schnetzer...
Présenté dans la Quinzaine des réalisateurs de Cannes 2014

1984, Pays de Galles : les mineurs sont en grève contre Margaret Thatcher. A Londres, c'est la Gay Pride et un jeune homme, Mark, décide de récolter des fons pour les aider parce qu'il comprend que ces travailleurs subissent le même mépris que lui, homosexuel. Il parvient à réunir suffisamment d'argent, mais le syndicat contacté n'en veut pas puisqu'il a été récolté par LGSM ; Lesbiennes et Gays Soutiennent les Mineurs. Enfin, le maire d'un village accepte de les rencontrer, puis les invite ; peu à peu, les personnes de ce village semblent dépasser les à priori et accepte ceux qui sont "différents".

Pride est une petite comédie sans grande prétention, qui contient quelques perles mémorables qui m'ont fait exploser de rire. Il tente de montrer le parcours des mentalités des gens du village gallois vers l'acceptation de ceux qu'ils jugent différents, qu'ils rejettent dans un premier temps, mais qu'ils finissent, très vite, par accepter. Le film s'attache aussi à nous montrer la cohésion dans le groupe des homosexuels, surtout face à toutes les critiques qu'ils peuvent recevoir à une époque où ils sont loin d'être acceptés. Le focus est porté sur eux, sur leurs difficultés au niveau social, mais aussi médical, puisque le SIDA commence à faire son apparition. J'ai beaucoup aimé le mélange des émotions, puisqu'on ri beaucoup devant ce film, c'est inévitable, mais a aussi les larmes aux yeux à certains moments. Pride nous transporte, tout simplement, surtout quand une jeune femme commence à chanter, seule et à capella, un chant révolutionnaire, très vite suivie par une salle des fêtes comble.

Globalement, j'ai bien aimé cette comédie légère, mais poussée par un fort message social de solidarité et de tolérance. J'ai moins aimé certaines façons de traiter le sujet : les habitants semblent accepter assez rapidement entre deux voyages les homosexuels (que s'est-il donc passé dans ce laps de temps...?), le groupe se désolidarise trop facilement, l'histoire de Joe est extrêmement prévisible et relève d'un motif récurent dans les films gays (oui, Pride n'est pas qu'un film gay on est d'accord). Néanmoins, je le reconnais, j'ai beaucoup ri (surtout avec tous les clichés !) et j'ai passé un agréable moment ! Et le mieux, c'est que la salle était comble, toutes les générations étaient représentées, et tout le monde riait !

Une petite comédie britannique enjouée sur fond social engagé.

Commenter cet article