Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
Du côté de Clio

La Rabia

26 Novembre 2014, 15:20pm

La Rabia

Un film dur du "nouveau cinéma argentin"

La Rabia, d'Albertina Carri (2008)

Avec Analía Couceyro, Javier Lorenzo, Víctor Hugo Carrizo, Nazarena Duarte...

La Rabia est un film court, mais lent. Et dur. L'histoire est assez délicate à définir, mais on peut dire que Poldo hait Pichón parce qu'il pense qu'il a insulté Nati, sa fille, muette et traumatisée. Mais sa femme a justement une liaison avec Pichón, et Poldo le sait. Pichón a un fils, qui aime bien s'amuser avec Nati entre deux travaux des champs, mais Pichón ne le supporte pas.

La Rabia est un film dur dans la façon de traiter le sujet et assez hermétique lors du premier visionnage. Le film se passe dans la Pampa argentine, où les habitants sont peu nombreux et où la solidarité est incontournable. Comme dans tous les villages, les rivalités peuvent alors être terribles. L'ambiance est lourde et pesante, constamment. On assiste à des scènes de sexe violentes car non totalement consenti par la femme, des scènes où Pichón bat son fils violemment (on n'entend que les cris, terribles), une scène où un cochon est tué sous nos yeux (pendant quelques longues minutes). Bref, un film assez violent, surtout si on tente de le voir à travers ce que vit la pauvre petite ; tout ceci explique ses nombreux traumatismes. La manière de raconter l'histoire est très intéressante parce qu'il n'y a pratiquement pas de références temporelles et certaines scènes laissent place à des dessins noirs mais magnifiques. Les images aussi sont très belles, surtout au début, avec ce soleil voilé sur la Pampa. Et évidemment, on se doute que la fin sera terrible, absolument terrible.

La Rabia serait un film très intéressant à analyser, par exemple sur le thème de l'animalité : les animaux sont très présents dans le film (lapins, chiens, cochons, opossum...) en rapport avec l'animalité même des personnages qu'Albertina Carri nous envoie en pleine figure sans filtre aucun. Il y aurait un tas de métaphores à explorer. Mais personnellement, j'ai préféré Géminis à La Rabia. Géminis m'avait fait découvrir une très bonne réalisatrice ; je ne dis pas que La Rabia ne soit pas un bon film, loin de là. Il est juste totalement différent...et un peu trop violent à mon goût.

Un flm dur à la connotation extrème.

Commenter cet article