Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
Du côté de Clio

Los tontos y los estúpidos

1 Octobre 2014, 08:10am

Los tontos y los estúpidos

Un drame aux pointes comiques qui nous présente une véritable illusion

Los tontos y los estúpidos, de Roberto Castón (2014)

Avec Roberto Álamo, Aitor Beltrán, Cuca Escribano, Nausicaa Bonnin...

Présenté en compétition officielle du Festival de cinéma espagnol de Toulouse, Cinespaña

Un nouveau film présent cette année au festival de cinéma espagnol de Toulouse, Cinespaña, qui est bien différent des deux précédents. En une seule journée, des comédiens vont donner vie à un script qui n'était auparavant que mots sur du papier. La vie des personnages se croise, tous ont des liens inconnus entre eux. D'abord il y a Paula, Mario, et leurs deux filles, puis Miguel et Lourdes. Tous ont leurs failles, leurs défauts, mais tentent d'avancer dans leur vie.

Le film se déroule pendant une seule journée, sur un plateau de théâtre. Il présente une grande illusion car peu à peu, nous oublions le plateau et voyons les scènes comme si elles étaient montrées. Le jeu des acteurs est donc impressionnant, car ils nous font réellement croire ; par exemple, on voit défiler la route, les panneaux de l'autoroute, alors que la BMW ne bouge pas. J'avoue avoir eu un peu de mal à rentrer dans le film, surtout au début où les acteurs lisent leur script, avant de s'en détacher au fur et à mesure. Des incursions en noir et blanc se font pour nous rappeler que cela n'est qu'une répétition. Une autre trouvaille intéressante : il y a Andrés, qui fait tourner la tête à toute une famille, tant les deux filles que la mère et peut-être aussi le père. Mais Andrès n'apparaît jamais devant nous.... il parle alors que sa place à table est vide, on voit l'un de ses bras prendre une cigarette mais pas le reste de son corps, et quand on le devine, c'est derrière un voile blanc.

Los tontos y los estúpidos est un drame, avec cependant quelques pointes comiques. Il est très émouvant, surtout quand les personnages parviennent à se confesser devant la caméra, à avouer leurs faiblesses, qui leur permettent de s'ouvrir vers les autres pour avancer...ou choisir de rester hermétiques. En effet, les "idiots" et les "stupides" ne sont pas les mêmes ; certains parviendront à être heureux après avoir été longtemps malheureux, et d'autres auront fait du mal à tous, pour sombrer dans le malheur.

Un film très intéressant qui m'a enthousiasmé !

Commenter cet article