Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
Du côté de Clio

Bande de filles

16 Octobre 2014, 21:41pm

Bande de filles

La vie d'une jeune de banlieue dans un tableau à la fois noir et terriblement optimiste

Bande de filles, de Céine Sciamma (2014)

Avec Karidja Touré, Tatiana Rojo, Rabah Nait Oufella, Diabate Idrissa...

Vous ne pouvez pas imaginer ô combien j'attendais la sortie de ce film, en fan absolue de Céline Sciamma ! Petit topo sur elle : elle a fait la Fémis où elle a écrit son scénario de Naissance des pieuvres, qu'elle a ensuite réalisé (si vous fréquentez régulièrement ce blog vous savez que j'adore l'actrice principale, Adèle Haenel), avant de tourner Tomboy (et là, si vous n'avez pas vu Tomboy, vous avez raté quelque chose !). Bref, ce nouveau Céline Sciamma était un évènement à ne rater pour rien au monde, surtout en avant-première !

Bande de filles raconte l'histoire terrible de Vic (comme Victoire) qui vit dans un quartier de la banlieue parisienne, qui n'est pas autorisée à passer en seconde générale et qui à partir de là dérape. Oui, elle doit "faire ce qu'elle veut", mais quand on habite en banlieue, qu'on est noire, que sa mère travaille de nuit, qu'il faut s'occuper de ses deux petites soeurs, et que son frère est tyrannique, on peut difficilement faire ce que l'on veut, malheureusement. Pour exister, elle va entrer dans une bande, de filles, où elle trouvera enfin sa place. Je ne vous en dit pas plus parce que la bande-annonce ne révèle pas grand chose sur l'intrigue du film, ce que je lui ai reproché alors que finalement c'est peut-être mieux de le découvrir par soi-même.

Alors oui, ce film, même s'il m'a laissé un goût amer (normal...), je l'ai grave kiffé. Céline Sciamma est une nouvelle fois parvenue à pénétrer un univers et à le retranscrire, fidèlement ou pas, je ne sais pas, mais du moins le film fait parler ceux qui ne parlent pas assez au cinéma : les populations blacks des quartiers. C'est un cri d'amour et de détresse. Vic ressent tout le poids de la société sur ses épaules : elle est black, elle habite en banlieue, elle a déjà redoublée, alors non, elle n'a pas le droit de se faire une place dans la société, elle doit aller en CFA. "Ce n'est pas de ma faute", dit-elle, mais la CPE ne peut pas comprendre ce qu'elle vit chez elle. Nous, spectateurs, on parviendra à en saisir une partie infime...mais on comprendra que Vic ne peut pas faire de choix, mais qu'au moins elle tente de tracer elle-même sa route.

Céline Sciamma, comme toujours, parvient à capturer de petits instants, comme quand la petite-soeur va manger son babybel. Comme quand Vic va se battre pour réhabiliter la meneuse de sa bande, comme quand Vic va danser avec sa voisine et qu'elle la regardera tendrement dans les yeux, comme quand Vic choisira de ne pas ouvrir une porte... Dans la salle, pour l'avant-première, il n'y avait pratiquement que des membres d'assos féministes : oui, ok, Céline Sciamma est féministe, mais là n'est pas le propos de ce film. Le thème principal est le poids que portent sur leurs épaules ces jeunes de banlieues, et ensuite, ensuite, le poids que portent les femmes par rapport aux hommes. La violence est triple pour Vic : de classe, de couleur de peau, de genre. Mais dans tout ce noir tableau, il y a quand même de l'optimisme : l'amitié, la solidarité, l'amour, l'envie de vivre avant tout. Rien n'est clair dans ce film, mais tout est là : le spectateur doit tirer les leçons qu'il veut en tirer, Céline Sciamma a fait son travail, d'une main de maître. Chapeau bas !

Quant aux actrices, repérées dans la rue par des castings sauvages : whaou !! Elles décapent ! Elles parviennent à communiquer une véritable joie de vivre malgré toutes leurs épreuves. J'ai vraiment adoré la scène de danse sur la chanson de Rihanna, Diamonds, dont tout le monde parle. Magique ! Elles dansent dans une chambre d'hôtel louée grâce au racket, avec des robes qui gardent encore leurs antivols. Voilà encore la touche de Céline Sciamma... La musique est électrisante et porte toute la première partie du film. Un seul regret : le film comporte tout de même quelques petites longueurs, et le tableau brossé se perd un peu dans un effort de presque exhaustivité du parcours de certains jeunes de banlieue... Mais enfin, ce n'est qu'un détail !

Un film a découvrir d'urgence dès sa sortie le 22 octobre !! Je compte sur vous !

Je me lâche un peu... Voilà la scène de la chanson de Rihanna ; rien que le fait de les voir si heureuses donne la pêche !

Je me lâche un peu... Voilà la scène de la chanson de Rihanna ; rien que le fait de les voir si heureuses donne la pêche !

Et voilà LA chanson de Rihanna ! Qui donne aussi la pêche :)

Commenter cet article