Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
Du côté de Clio

Circuito cerrado

15 Juillet 2014, 17:09pm

Circuito cerrado

Que faire quand toute votre famille vous a sacrifié ?

Circuito cerrado, de Silvia Molina (1995)

Première oeuvre théâtrale de Silvia Molina. Une femme, Rocío, revient dans sa famille après une longue absence. Elle va voir son frère, Rafael, et son autre soeur, Raquel. Carlos, un autre frère, n'est pas là. Le Père, pendant ce temps, regarde à la TV son feuilleton préféré : la vie de ses enfants qui se déroule dans le jardin de la maison. Cependant, il refuse de voir la réalité en face ; Rocío est là pour que surgissent les démons et les traumatismes de son passé.

Je me suis laissée porter par cette petite oeuvre, ce huit-clos, étouffant, en un seul acte. On devine que quelque chose s'est passé avec le père, mais on ne sait pas quoi. Puis l'attention se tourne vers le fils, Rafael. Tous refusent de parler, alors que la fille sacrifiée veut comprendre, comprendre pourquoi tout s'est passé ainsi. La figure de la mère est absente, morte, elle s'est peut-être suicidée, on n'en saura rien. D'ailleurs, on ne saura rien non plus de ce qu'il s'est réellement passé, tout reste en suspend, notamment dans le dialogue de sourd entre le Père et Rocío : l'une lui dit qu'il arrive quelque chose de grave à Rafael, l'autre se demande où mettre la table, quand servir le vin blanc, où est Carlos. Le clef de toute la pièce se trouve juste au centre, et est montrée à travers la télévision, rapidement. L'écriture du mystère m'a transporté, et j'ai été déçue de rester sur ma faim, mais en même temps ravie que rien ne soit complètement révélé. Finalement, Silvia Molina parvient non seulement à critiquer le sacrifice d'une jeune femme par toute sa famille, mais aussi les feuilletons télévisés.

Une petite oeuvre théâtrale très intéressante sur les tabous dans une famille : surtout, surtout ne pas faire de vagues.

Extrait :

"En la televisión se ve hablar a los muchachos. Parece que ella le dice que se vaya. Se le va la onda a la televisión. Rafael vuelve a darle la espalda a Rocío y da un trago a la botella. El Padre toma el control remoto y trata de "componer" la visión hasta que se ve el patio vacío. Raquel se levanta y sale.

Rafael : Nunca fuiste ingenua. Sabías como manejarnos.

Rocío : ¿Cómo manejarlos?

Rafael : Nos seducias.

Rocío : ¿Para qué iba a querer manejarlos?

Rafael : Me seducías.

Rocío : No digas eso, Rafael.

Rafael : ¿No te paseabas en fondo por la casa?

Rocío : No.

Rafael : ¿No salías en fondo de tu cuarto?

Rocío : Iba al baño. Estaba en mi casa, ¿no?

Rafael : Salías en ropa interior.

Rocío : Estaba en mi casa.

Rafael : Allí estábamos Carlos y yo. ¿No nos veías?

Rocío : Eran mis hermanos.

Rafael : Te arreglabas muy cachonda al fondo frente al tocador de tu cuarto.

Rocío : Me espiabas, Rafael. Estaba en mi cuarto, carajo.

Silencio. Se oye el timbre en la cocina.

Rocío : ¿Por qué no me lo dijiste?

Rafael : No soportaba que jugaras conmigo. Soy tu hermano ; pero soy hombre." (Collection La Carpa, p.33)

"A la télévision, on voit parler les jeunes gens. On dirait qu'elle lui dit de s'en aller. La télévision perd le câble. Rafael tourne à nouveau le dos à Rocío et reprend une gorgée. Le Père prend la télécommande et tente de "cadrer" la vision jusqu'à ce que l'on voit la cour vide. Raquel se lève et sort.

Rafael : Tu n'as jamais été naïve. Tu savais comment nous manoeuvrer.

Rocío : Comment vous manoeuvrer ?

Rafael : Tu nous séduisais.

Rocío : Pourquoi j'aurais voulu vous manoeuvrer ?

Rafael : Tu me séduisais.

Rocío : Ne dis pas ça, Rafael.

Rafael : Tu ne te promenais pas dans le fond à travers la maison ?

Rocío : Non.

Rafael : Tu ne sortais pas dans le fond de ta chambre ?

Rocío : J'allais aux toilettes... J'étais chez moi, non ?

Rafel : Tu sortais en sous-vêtements.

Rocío : J'étais chez moi.

Rafael : On était là Carlos et moi. Tu ne nous voyais pas ?

Rocío : Vous étiez mes frères.

Rafael : Tu te pomponnais très excitée au fond près de la coiffeuse de ta chambre.

Rocío : Tu m'espionnais, Rafael. J'étais dans ma chambre, merde.

Silence. On entend la sonnerie de la cuisine.

Rocío : Pourquoi tu ne me l'as pas dit ?

Rafael : Je ne supportais pas que tu joues avec moi. Je suis ton frère ; mais je suis homme."

Commenter cet article