Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
Du côté de Clio

Suzanne

22 Mai 2014, 21:47pm

Suzanne

Un magnifique coup de poing... et coup de coeur !

"On pleure parfois les illusions avec autant de tristesse que les morts"

Suzanne, de Katell Quillévéré (2013)

Avec Sara Forestier, Paul Hamy, Adele Haenel, François Damiens, Lola Dueñas...

Parler de ce film m'est très difficile... J'ai eu la chance de le voir en avant-première en présence de la réalisatrice, en décembre 2013, mais je ne percevais pas encore l’impact qu’il aurait sur moi. Je viens de le revoir, puisqu'il est enfin sorti en DVD.

La première chose que je me suis dite : tant de vies foutues en l'air, rompues, sacrifiées. Pourquoi ? Oui... Ce film est tout simplement bouleversant. J'ai arrêté de compter le nombre de fois qu'il m'a arraché des larmes, c'est pour dire, et je ne suis pas la première à pleurer devant un film, loin de là. Il m'a secouée du début à la fin. L'histoire en soi est ambitieuse, puisqu'il s'agit de narrer 25 ans de la vie de Suzanne, jouée par une Sara Forestier impressionnante et décapante. Le film commence très vite, puis prend son temps dès la rencontre de Suzanne avec Julien.

Ce qui m'a le plus touché ? Cet amour tissé autour de Suzanne, qui est aimée par son père, par sa soeur, mais qui est toujours à la recherche de la vie, la vie qui se trouve chez Julien qui, dès les premières images, ne se présente pas comme le garçon idéal et sans problèmes, surtout pour elle. Cette fuite de Suzanne a commencé bien avant, on ne sait pas très bien où, l'explication facile serait la mort de sa mère, mais Maria n'a pas suivi la même voie, elle. Maria... Incarnée par Adèle Haenel, qui joue par ses yeux ; on y lit l'amour inconditionnel, l'incompréhension. Cette soeur qui sera toujours là, malgré tout, toujours. Suzanne représente sa vie. Au sens propre... D'ailleurs, Katell avait passé un moment à nous expliquer une partie de la fin (que je ne vous dévoilerai évidemment pas !). Charly, le pauvre Charly... Et la fin est terrible. Merci Katell d'en avoir parlé, parce que c'est vrai qu'on ne peut pas toujours saisir les liens entre toutes les intentions d'un réalisateur.

Suzanne... Un film beau, fort, fort à en chialer. Il parle d'amour, de tous les amours, l'amour des amants, l'amour paternel et fraternel, éternel et insatiable, mais aussi l'absence d'amour. Il parle de la vie, vivre à tout prix malgré ses failles, avec sa soif, courir pour la vie. Ces regards, ces sous-entendus émouvants, cette lutte... En un mot : MAGNIFIQUE!

Commenter cet article