Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
Du côté de Clio

Les Femmes de Visegrad

21 Mai 2014, 13:43pm

Les Femmes de Visegrad

Un devoir de mémoire universel

Les femmes de Visegrad, de Jasmila Zbanic (2014)

Avec Kym Vercoe, Boris Isakovic, Simon McBurney...

J'ai une nouvelle fois été intriguée par la bande annonce ; que s'est-il donc passé dans cet hôtel ? Le film commence sur un air joyeux, une musique entraînante ; une jeune touriste australienne décide de partir découvrir la Bosnie-Herzégovine. (Grâce) à son guide, elle part à Visegrad, dont le pont a été immortalisé dans le livre du Prix Nobel Ivo Andric, Le pont sur le Drina. Elle s'y fait des selfies, va dans une boîte de nuit, rentre à l'hôtel pour passer la nuit. Oui, mais voilà, elle ne dort pas ; elle est angoissée toute la nuit. Pourquoi ? Parce que cet hôtel, ce pont, cette ville ont été le lieu de nombreux massacres, viols, en 1992. Rentrée en Australie, elle décide d'y revenir quelques mois plus tard, en plein hiver, et arpente la ville jour après jour, pour en connaître et photographier les moindres recoins. Comprendre.

Le film est intéressant parce qu'il nous pose des questions sur le devoir de mémoire. C'est une australienne, une touriste, qui vient réveiller les vieux fantômes du passé, puisque les locaux refusent de parler, la chassent. C'est ce que tout le monde a fait pour toutes les guerres, non ? Pourtant, des milliers de personnes ont été tuées, sous leurs yeux. J'ai trouvé le film fort sur ce point là, mais la mise en scène, le scénario, je ne sais pas quelque chose a manqué pour ressentir réellement le besoin vital de cette femme, le besoin de rendre une dignité à celles qui sont mortes. En arrivant chez moi, je suis aussi allée "googueler" le Villena Hotel. Oui, tout est vrai. Tout. Le film est basé sur une pièce de théâtre de la propre actrice principale, Kym Vercoe ; c'est son histoire.

Un bon film sur un devoir de mémoire universel, mais qui finalement manque un peu de nerf.

Commenter cet article